Profil d'espèce

Cicindèle de Wallis

Nom scientifique : Cicindela parowana wallisi
Taxonomie : Arthropodes
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2009
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Cicindèle de Wallis

Description

La cicindèle de Wallis (Cicindela parowana wallisi) est un Coléoptère de taille moyenne (environ 12 mm de longueur), et la seule sous–espèce connue du Cicindela parowanaWickham au Canada. Les cicindèles se reconnaissent à leurs pattes et antennes longues et fines, à leurs mandibules falciformes et à leurs yeux saillants. En Colombie–Britannique, la cicindèle de Wallis se reconnaît facilement aux motifs qui ornent ses élytres (ailes antérieures durcies) foncés. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Répartition et population

La cicindèle de Wallis vit dans les milieux arides de la région du Grand Bassin, et se rencontre globalement de Vernon, en Colombie–Britannique (Canada) jusqu’au sud de l’Oregon (États–Unis). Elle est également présente dans l’État de Washington. La vallée de l’Okanagan (sud de la Colombie–Britannique), de Vernon à Oliver, renferme l’ensemble de l’aire de répartition historique de la cicindèle de Wallis au Canada. La plupart des spécimens ont été capturés à Penticton et dans la région d’Oliver–Okanagan Falls, entre 1909 et 1953. La date de l’unique capture effectuée à Vernon est inconnue, mais elle se situe probablement au début des années 1900. La seule capture signalée depuis les années 1950 a été faite à Manuel’s Canyon, près d’Oliver, en 1996. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Habitat

La cicindèle de Wallis se distingue de nombreuses autres cicindèles par la préférence qu’elle affiche pour des sols légèrement desséchés, crayeux et alcalins. Les relevés effectués aux sites où des spécimens ont été capturés ainsi que les photographies aériennes prises à l’époque des captures donnent également à conclure que cette espèce affectionne les terrains à couvert végétal modéré. Il existe encore des vestiges de ce type d’habitat dans le sud de la vallée de l’Okanagan, mais certains se trouvent dans des secteurs qui font actuellement l’objet de travaux d’aménagement. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Biologie

La cicindèle de Wallis est active de mai à juin, puis de nouveau en août. Elle pond probablement ses œufs dans le sol au printemps ou à l’automne, et les larves vivent dans des galeries souterraines pendant un an ou deux. Les adultes vivent de 8 à 10 semaines et se nourrissent dans un habitat semblable à celui des larves, s’attaquant à tous les arthropodes de leur taille ou plus petits. Aucun mécanisme physiologique n’a été proposé à ce jour pour expliquer la préférence affichée par cette cicindèle pour les sols alcalins. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Menaces

De façon générale, la cicindèle de Wallis paraît sensible aux perturbations du sol provoquées notamment par les équipements de nettoyage des plages et par le tassement du sol dû au passage des véhicules. Ce coléoptère ne craint pas outre mesure les humains, mais la conversion de son habitat par le pavage des routes ou la construction résidentielle ne peut qu’entraîner le déclin de ses populations. L’habitat de la cicindèle de Wallisest fragile et subit une transformation rapide à cause de l’expansion de l’agriculture, de la construction résidentielle et des activités récréatives en cours dans le sud de la vallée de l’Okanagan. Une grande partie de cet habitat, y compris le site type présumé de Penticton, a été détruite au cours des 50 à 100 dernières années. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Cicindèle de Wallis est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la cicindèle de Wallis (Cicindela parowana wallisi) au Canada
État d'avancement : Versions proposées affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la cicindèle de Wallis (Cicindela parowana wallisi) au Canada (2010)

    La cicindèle de Wallis (Cicindela parowana wallisi) est un Coléoptère de taille moyenne (environ 12 mm de longueur), et la seule sous-espèce connue du Cicindela parowana Wickham au Canada. Les cicindèles se reconnaissent à leurs pattes et antennes longues et fines, à leurs mandibules falciformes et à leurs yeux saillants. En Colombie-Britannique, la cicindèle de Wallis se reconnaît facilement aux motifs qui ornent ses élytres (ailes antérieures durcies) foncés.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • COSEPAC - Sommaire de l’évaluation et Rapport de situation : Cicindèle de Wallis Cicindela parowana wallisi (2010)

    Sommaire de l’évaluation – Novembre 2009 Nom commun Cicindèle de Wallis Nom scientifique Cicindela parowana wallisi Statut En voie de disparition Justification de la désignation Ce coléoptère qui comporte des marques distinctives est connu historiquement à cinq localités dans une région où l’urbanisation et l’expansion des terres agricoles ont réduit et continuent de réduire son habitat. Des recherches> exhaustives récentes n’ont pas permis de trouver le coléoptère et il pourrait ne se trouver qu’à une seule localité. L’indice de la zone d’occupation est petit et il y a un déclin potentiel futur de l’habitat et du nombre d’individus en raison du développement.Répartition Colombie–Britannique Historique du statut Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2009.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Cicindèle de Wallis (2010)

    Ce coléoptère qui comporte des marques distinctives est connu historiquement à cinq localités dans une région où l’urbanisation et l’expansion des terres agricoles ont réduit et continuent de réduire son habitat. Des recherches exhaustives récentes n’ont pas permis de trouver le coléoptère et il pourrait ne se trouver qu’à une seule localité. L’indice de la zone d’occupation est petit et il y a un déclin potentiel futur de l’habitat et du nombre d’individus en raison du développement.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la cicindèle de Wallis (Cicindela parowana wallisi) au Canada (2016)

    La ministre de l’Environnement est la ministre compétente en vertu de la LEP de la cicindèle de Wallis et a élaboré la composante fédérale (partie 1) du programme de rétablissement, conformément à l’article 37 de la LEP. Dans la mesure du possible, le programme de rétablissement Ce programme de rétablissement a été préparé en collaboration avec la Province de la Colombie-Britannique en vertu du paragraphe 39(1) de la LEP. L’article 44 de la LEP autorise la ministre à adopter en tout ou en partie un plan existant pour l’espèce si ce plan respecte les exigences de contenu imposées par la LEP au paragraphe 41(1) ou 41(2). La province de la Colombie-Britannique a remis le plan de rétablissement de la cicindèle de Wallis ci-joint (partie 2), à titre d’avis scientifique, aux autorités responsables de la gestion de l’espèce en Colombie Britannique. Ce plan a été préparé en collaboration avec Environnement Canada.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2011)

    Sur recommandation du ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2012)

    L’objet du Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril est d’ajouter 18 espèces à l’annexe 1, la Liste des espèces en péril (la Liste), et de changer la classification de 7 espèces inscrites, aux termes du paragraphe 27(1) de la LEP. Cette modification est proposée à la suite de la recommandation du ministre de l’Environnement à la lumière d’évaluations scientifiques qu’a faites le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), et à la suite de consultations tenues auprès des gouvernements, des peuples autochtones, des intervenants et du public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 (2010)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, la fonction première du COSEPAC est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu’il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l’évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages et a revu le statut de 79 espèces (espèces, sous-espèces, populations). Lors de la réunion de novembre 2009, le COSEPAC a évalué ou revu le statut de 28 espèces sauvages. À sa réunion d’avril 2010, le Comité a évalué ou revu la classification de 51 espèces sauvages additionnelles (espèces, sous-espèces, populations). Le COSEPAC a revu la classification de 32 espèces sauvages déjà inscrites à l’annexe 1 de la LEP et leur statut a été confirmé (disparue du pays - espèce ne vivant plus à l’état sauvage au pays, mais qu’on trouve ailleurs -, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2009-2010 sont les suivants : Disparues du pays : 6 En voie de disparition : 39 Menacées : 16 Préoccupantes : 17 Données insuffisantes : 1 Le présent rapport présente au ministre le statut de 46 espèces nouvellement désignées comme disparues du pays, en voie de disparition, menacées ou préoccupantes et remplit les obligations du COSEPAC stipulées aux articles 25 et 26 de la Loi sur les espèces en péril. Un résumé complet et détaillé de l’évaluation de chaque espèce et la justification de la désignation de chacune d’entre elles se trouvent à l’annexe I du rapport. Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 602 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 262 en voie de disparition, 151 menacées, 166 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 13 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 46 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 166 espèces ont été désignées comme « non en péril ». L’année en cours a été particulièrement productive pour le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) du COSEPAC. En avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices des procédures et des protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones. Ces lignes directrices établissent des principes clairs ayant été convenus quant à la collecte de connaissances traditionnelles autochtones dans l’accomplissement de la mission du COSEPAC prescrite au paragraphe 15(2) de la LEP (voir l’annexe III du rapport ci-joint). Nous sommes reconnaissants aux aînés des collectivités et aux experts pour l’aide généreuse et l’enthousiaste qu’ils ont apportés au Sous-comité dans la préparation des protocoles sur les CTA.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Novembre 2010 (2010)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 février 2011 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 4 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017