Profil d'espèce

Castilléjie de Victoria

Nom scientifique : Castilleja victoriae
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2010
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Castilléjie de Victoria

Description

La castilléjie de Victoria (Castilleja victoriae) est une espèce nouvellement décrite, qu’on prenait à tort pour la castilléjie ambiguë (C. ambigua ssp. ambigua). Il s’agit d’une petite plante herbacée de la famille des Orobanchacées, sans rosette basilaire, avec des feuilles caulinaires alternes, lobées et pubescentes. Vers le haut de la tige, les feuilles deviennent plus larges et plus profondément lobées et prennent progressivement l’aspect de bractées florales. Les sépales, soudés, forment un calice à cinq lobes; les pétales, également soudés, forment une corolle à deux lèvres, dont la longueur varie de 10 à 18 mm. La lèvre inférieure est jaune citron et possède de minuscules pointes blanches sur chacun des trois lobes. La lèvre supérieure, d’un blanc crémeux, est légèrement plus longue que la lèvre inférieure. Les fruits sont des capsules brunes comportant deux loges; le sommet des capsules se fend lorsque les graines sont mûres. Chaque capsule contient 30 à 70 graines brunes, à tégument sculpté. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Répartition et population

La castilléjie de Victoria est confinée à une petite zone allant du sud–est de l’île de Vancouver jusqu’aux îles San Juan de l’État de Washington. Au Canada, son aire de répartition se limite à une bande étroite de littoral totalisant une superficie d’environ 9 km². (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Habitat

La castilléjie de Victoria pousse dans les suintements printaniers et sur les abords des mares printanières, à moins de 50 m de l’océan. Ces sites sont saturés ou inondés pendant l’automne, l’hiver et le printemps, mais deviennent secs pendant l’été. La superficie réellement occupée par l’espèce est de seulement 600 m². (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Biologie

La castilléjie de Victoria est une annuelle pollinisée par des bourdons qui fleurit et donne des fruits à la fin du printemps et au début de l’été. La germination des graines semble être retardée tant que leur dormance n’a pas été levée par des températures fraîches. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Menaces

La principale menace pesant sur la castilléjie de Victoria est la perte ou dégradation d’habitat découlant de l’aménagement urbain et résidentiel, des activités récréatives et de la présence d’espèces envahissantes. Deux populations ont été détruites parce qu’elles ont perdu leur habitat, deux autres populations plutôt petites subissent un piétinement, et une autre population y a succombé. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Castilléjie de Victoria est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la castilléjie de Victoria (Castilleja victoriae) au Canada
État d'avancement : Versions proposées affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'écosystème des chênes de Garry

  • Conan Webb - Président/Contact - Agence Parcs Canada
    Tél. : 250-478-5153  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la castilléjie de Victoria (Castilleja victoriae) au Canada (2010)

    La castilléjie de Victoria (Castilleja victoriae) est une espèce nouvellement décrite, qu’on prenait à tort pour la castilléjie ambiguë (C. ambigua ssp. ambigua). Il s’agit d’une petite plante herbacée de la famille des Orobanchacées, sans rosette basilaire, avec des feuilles caulinaires alternes, lobées et pubescentes. Vers le haut de la tige, les feuilles deviennent plus larges et plus profondément lobées et prennent progressivement l’aspect de bractées florales. Les sépales, soudés, forment un calice à cinq lobes; les pétales, également soudés, forment une corolle à deux lèvres, dont la longueur varie de 10 à 18 mm. La lèvre inférieure est jaune citron et possède de minuscules pointes blanches sur chacun des trois lobes. La lèvre supérieure, d’un blanc crémeux, est légèrement plus longue que la lèvre inférieure. Les fruits sont des capsules brunes comportant deux loges; le sommet des capsules se fend lorsque les graines sont mûres. Chaque capsule contient 30 à 70 graines brunes, à tégument sculpté.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • COSEPAC - Sommaire de l’évaluation et Rapport de situation : Castilléjie de Victoria Castilleja victoriae (2010)

    Sommaire de l’évaluation – Avril 2010 Nom commun Castilléjie de Victoria Nom scientifique Castilleja victoriae Statut En voie de disparition Justification de la désignation Cette petite herbacée annuelle est confinée à un très petit secteur de la Colombie-Britannique ainsi qu’à un site dans l’État de Washington adjacent. Elle est restreinte à des microhabitats humides de façon saisonnière compris dans l’écosystème très fragmenté et en déclin du chêne de Garry. Cinq des neuf populations canadiennes ont disparu avant 1957, et une autre semble être disparue récemment. Les trois ou quatre populations restantes sont vulnérables à la compétition continue de plusieurs plantes exotiques envahissantes. Deux de ces populations sont très petites et se trouvent dans des secteurs utilisés à des fins récréatives où le piétinement représente un problème continu. Répartition Colombie-Britanniuqe Historique du statut Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 2010.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Castilléjie de Victoria (2010)

    Cette petite herbacée annuelle est confinée à un très petit secteur de la Colombie-Britannique ainsi qu’à un site dans l’État de Washington adjacent. Elle est restreinte à des microhabitats humides de façon saisonnière compris dans l’écosystème très fragmenté et en déclin du chêne de Garry. Cinq des neuf populations canadiennes ont disparu avant 1957, et une autre semble être disparue récemment. Les trois ou quatre populations restantes sont vulnérables à la compétition continue de plusieurs plantes exotiques envahissantes. Deux de ces populations sont très petites et se trouvent dans des secteurs utilisés à des fins récréatives où le piétinement représente un problème continu.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la castilléjie de Victoria (Castilleja victoriae) au Canada (2017)

    La ministre de l’Environnement et du Changement climatique est le ministre compétent en vertu de la LEP à l’égard de la castilléjie de Victoria et a élaboré la composante fédérale (partie 1) du présent programme de rétablissement, conformément à l'article 37 de la LEP. Dans la mesure du possible, le programme de rétablissement a été préparé en collaboration avec la province de la Colombie-Britannique, en vertu du paragraphe 39(1) de la LEP. L’article 44 de la LEP autorise le ministre à adopter en tout ou en partie un plan existant pour l’espèce si ce plan respecte les exigences de contenu imposées par la LEP au paragraphe 41(1) ou 41(2). La Province de la Colombie-Britannique a remis le plan de rétablissement de la castilléjie de Victoria ci-joint (partie 2), à titre d’avis scientifique, aux autorités responsables de la gestion de l’espèce en Colombie-Britannique. Ce plan a été préparé en collaboration avec Environnement et Changement climatique Canada.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2011)

    Sur recommandation du ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2012)

    L’objet du Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril est d’ajouter 18 espèces à l’annexe 1, la Liste des espèces en péril (la Liste), et de changer la classification de 7 espèces inscrites, aux termes du paragraphe 27(1) de la LEP. Cette modification est proposée à la suite de la recommandation du ministre de l’Environnement à la lumière d’évaluations scientifiques qu’a faites le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), et à la suite de consultations tenues auprès des gouvernements, des peuples autochtones, des intervenants et du public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 (2010)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, la fonction première du COSEPAC est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu’il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l’évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages et a revu le statut de 79 espèces (espèces, sous-espèces, populations). Lors de la réunion de novembre 2009, le COSEPAC a évalué ou revu le statut de 28 espèces sauvages. À sa réunion d’avril 2010, le Comité a évalué ou revu la classification de 51 espèces sauvages additionnelles (espèces, sous-espèces, populations). Le COSEPAC a revu la classification de 32 espèces sauvages déjà inscrites à l’annexe 1 de la LEP et leur statut a été confirmé (disparue du pays - espèce ne vivant plus à l’état sauvage au pays, mais qu’on trouve ailleurs -, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2009-2010 sont les suivants : Disparues du pays : 6 En voie de disparition : 39 Menacées : 16 Préoccupantes : 17 Données insuffisantes : 1 Le présent rapport présente au ministre le statut de 46 espèces nouvellement désignées comme disparues du pays, en voie de disparition, menacées ou préoccupantes et remplit les obligations du COSEPAC stipulées aux articles 25 et 26 de la Loi sur les espèces en péril. Un résumé complet et détaillé de l’évaluation de chaque espèce et la justification de la désignation de chacune d’entre elles se trouvent à l’annexe I du rapport. Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 602 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 262 en voie de disparition, 151 menacées, 166 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 13 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 46 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 166 espèces ont été désignées comme « non en péril ». L’année en cours a été particulièrement productive pour le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) du COSEPAC. En avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices des procédures et des protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones. Ces lignes directrices établissent des principes clairs ayant été convenus quant à la collecte de connaissances traditionnelles autochtones dans l’accomplissement de la mission du COSEPAC prescrite au paragraphe 15(2) de la LEP (voir l’annexe III du rapport ci-joint). Nous sommes reconnaissants aux aînés des collectivités et aux experts pour l’aide généreuse et l’enthousiaste qu’ils ont apportés au Sous-comité dans la préparation des protocoles sur les CTA.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Novembre 2010 (2010)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 février 2011 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 4 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017