Profil d'espèce

Méné long

Nom scientifique : Clinostomus elongatus
Taxonomie : Poissons
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2007
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 3, Préoccupante   (Les dispositions de l'Annexe 1 de la LEP ne s'appliquent pas)


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Information sur cette espèce | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Méné long

Méné long Photo 1

Haut de la page

Information sur cette espèce

Description générale Le méné long (Clinostomus elongatus) est un méné fort coloré. Ce membre de la famille des carpes et des ménés (Cyprinidae) présente les caractéristiques suivantes: Grande bouche et mâchoire inférieure protubérante Grandes nageoires pectorales chez le mâle Écailles relativement petites (de 59 à 75 écailles latérales) Chez les adultes, une large bande rouge vif longe la moitié avant du corps; au-dessus de cette bande se trouve une ligne jaune brillant qui atteint presque la nageoire caudale Les couleurs deviennent plus vives au printemps et s’estompent à la fin de l’été et à l’automne Le mâle affiche des couleurs plus vives que la femelle vant le frai, le mâle développe des tubercules sur les nageoires pectorales et sur le dessus de la tête Longueur maximale de 12 cm Répartition Le méné long occupe une aire de répartition discontinue en Amérique du Nord. Dans l’ouest, l’espèce se rencontre principalement dans le Wisconsin, et on trouve des populations de plus faible envergure dans le Minnesota, l’Illinois et l’Iowa. Dans le sud, on trouve l’espèce dans le Kentucky et la Virginie Occidentale, et cette aire de répartition s’étend au nord est dans une large bande qui traverse l’Ohio, la Pennsylvanie et la partie centrale du nord de l’État de New York. La population la plus septentrionale est celle du bassin versant du lac Supérieur dans la péninsule nord du Michigan et l’extrémité nord du lac Huron, en Ontario, où l’espèce est présente dans trois tributaires. Son aire de répartition canadienne inclut également des tributaires de la partie ouest du lac Ontario, la rivière Holland (bassin versant du lac Simcoe) et le ruisseau Irvine (bassin versant du lac Érié). L’aire de répartition canadienne représente approximativement 5 % de l’aire de répartition mondiale de l’espèce. Habitat et cycle biologique Le méné long est une espèce d’eau froide qui vit dans des fosses et des tronçons à faible courant de petits cours d’eau d’amont, de modérément à fortement inclinés. Les herbes et les arbustes qui surplombent les cours d’eau, de même que les berges sapées représentent une partie importante de son habitat, tout comme c’est le cas des roches en rivière et des gros débris ligneux. Le substrat est variable et peut être limoneux, graveleux ou rocheux. Les poissons atteignent la maturité à l’âge de deux ans environ. En mai, le frai a lieu dans des mouilles de gravier peu profondes et les œufs sont souvent déposés dans les nids d’autres ménés. Les œufs ne reçoivent pas de soins des géniteurs; toutefois, la présence du mâle qui garde le nid et le nid même peuvent fournir une certaine protection aux œufs. Le méné long vit généralement quatre ans ou moins. Régime alimentaire Le méné long est un prédateur visuel qui se nourrit en surface. Il consomme souvent des insectes terrestres, comme des mouches adultes, qu’il capture à la surface du lac en sautant à plusieurs centimètres au dessus de l’eau. Sa grande bouche tournée vers le haut lui permet de capturer des proies à la surface. Menaces La dégradation et la perte d’habitat associées à l’urbanisation massive représentent la menace la plus importante qui pèse sur le méné long en Ontario. Les facteurs contributifs associés à l’aménagement du territoire urbain incluent les changements dans la structure des cours d’eau, comme l’élargissement des canaux, la diminution de la profondeur des fosses, l’envasement et l’enlèvement de la végétation qui fournit un couvert et de la nourriture et qui diminue la température de l’eau sur les berges. De même, les pratiques agricoles intensives, comme la culture en rangs et le pâturage, compromettent la qualité de l’eau et l’habitat du méné long. Espèces semblables Un certain nombre d’autres ménés, comme le ventre rouge du nord (Phoxinus eos), le ventre citron (P. neogaeus), le naseux noir (complexe spécifique Rhinichthys atratulus) et le mulet perlé (Margariscus margarita) présentent également une bande rouge qui s’étend toutefois plus loin vers l’arrière.

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de la rivière Grand

  • Shawn Staton - Président/Contact - Pêches et Océans Canada
    Tél. : 905-336-4864  Téléc. : 905-336-6437  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

7 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le méné long (Clinostomus elongatus) au Canada – Mise à jour (2007)

    Le méné long est un poisson coloré d’une longueur maximale de 12 cm. Au printemps, une bande rouge vif longe la moitié avant du corps. Au-dessus de cette bande se trouve une ligne jaune brillant. Le méné long se distingue des autres Cyprinidés du Canada par une bouche très grande, une mâchoire inférieure protubérante et, chez les mâles, de grandes nageoires pectorales. Le méné long est l’une des deux espèces du genre Clinostomus, lequel on considère actuellement comme étant le plus étroitement apparenté au genre Richardsonius.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - Méné long (2007)

    Espèce désignée « préoccupante » en avril 1987. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en avril 2007. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d'un rapport de situation.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Méné long (2007)

    Cette espèce est particulièrement sensible à l’altération des cours d’eau qui modifie les régimes d’écoulement et qui mène à un envasement accru et à des températures de l’eau plus élevées. L’espèce est disparue de 5 des 24 localités historiques et pourrait maintenant ne plus se trouver à 5 autres localités; un déclin continu est évident dans 8 des 14 localités restantes. Plus de 80 % de la répartition canadienne est située dans la région du Golden Horseshoe, dans le sud-ouest de l’Ontario, où l’expansion urbaine constitue la menace la plus imminente qui pèse sur la survie de cette espèce au Canada. Les 6 populations stables se trouvent à la limite des développements urbains,  dans des bassins hydrographiques qui, jusqu'à présent, ont été relativement peu perturbés. Par contre, plus de la moitié de ces localités se trouvent à l'intérieur ou en bordure de secteurs qui devraient être aménagés au cours des 10 à 15 prochaines années.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2016)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2016)

    Le ministre des Pêches et des Océans a préparé des avis relatifs à l’inscription pour les 15 espèces aquatiques présentées au GC. Ces avis servent de fondement aux recommandations d’inscription du ministre de l’Environnement à l’intention du GC. Treize des quinze espèces sont traitées dans le décret proposé modifiant l’annexe 1 de la LEP.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2007 (2007)

    Le rapport annuel de 2007 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Guide de consultation sur l’ajout du Mené Long à la liste de la LEP (2007)

    Nous désirons recueillir votre opinion pour aider le gouvernement fédéral à décider de manière fondée si le Mené Long devrait être ajoutée à l'Annexe 1 (la liste des espèces en péril) de la Loi sur les espèces en péril. Vos commentaires concernant les conséquences de l'ajout de cette espèce à la liste sont importants. Ce cahier de consultation a été préparé pour que vous puissiez communiquer à Pêches et Océans Canada vos commentaires et vos conseils concernant l'ajout de cette espèce à l'Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (L'Annexe 1 identifie les espèces qui sont protégées par cette loi).