Profil d'espèce

Mouche tachinide des dunes

Nom scientifique : Germaria angustata
Taxonomie : Arthropodes
Distribution : Yukon
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2011
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Mouche tachinide des dunes

Description

La mouche tachinide des dunes (Germaria angustata (Zetterstedt)) est un insecte de taille moyenne au corps noir hérissé de fortes soies qui appartient à la famille des Tachinidés. Le deuxième aristomère (article de l’ariste) est allongé, tandis que le troisième est aplati latéralement. Ces deux caractères confèrent à l’ariste son aspect coudé caractéristique qui facilite l’identification de l’espèce. Cette mouche suscite un intérêt particulier parce qu’elle fait partie d’un groupe d’espèces d’invertébrés et de plantes (dont un certain nombre d’espèces encore non décrites scientifiquement) qui, en Amérique du Nord, sont confinées à des systèmes de dunes actives dans le sud du Yukon. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Répartition et population

En Amérique du Nord, l’aire de répartition connue de la mouche tachinide des dunes se limite à 11 localités (14 sites) réparties dans le sud-ouest du Yukon de Whitehorse et de Carcross jusqu’au parc national et réserve de parc national Kluane, vers l’ouest. En Eurasie, l’espèce est rare dans les dunes côtières et continentales européennes, et elle a été observée dans seulement quelques localités en Mongolie, en Chine et en Sibérie. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Habitat

La mouche tachinide des dunes se rencontre uniquement dans les systèmes de dunes actives ou semi-stabilisées ou les petits creux de déflation comportant un couvert épars de graminées, de cypéracées ou d’autres espèces de plantes. Cette préférence à l’égard de l’habitat est probablement intimement liée aux besoins en matière d’habitat de son hôte larvaire, une chenille, dont l’identité demeure toutefois à établir. Au Yukon, au moins une espèce de graminée est toujours présente dans l’habitat connu de l’espèce. Les dunes occupées par la mouche tachinide des dunes se trouvent dans des régions côtières baignées par un climat mésique (en Europe) ou dans des régions boréales continentales exposées à un climat plus rigoureux (hiver froid, été chaud). (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Biologie

Les Tachinidés sont des parasitoïdes de larves d’autres insectes, souvent de chenilles de papillons nocturnes. L’hôte de la mouche tachinide des dunes est inconnu. Les femelles volent près du sol parmi les zones de sable dénudées et, après s’être posées sur la tige d’une graminée et avoir gagné la base de la plante, y déposent apparemment un œuf. Après l’éclosion, les larves néonates attendent qu’une chenille hôte passe à leur portée. Comme les femelles déposent leurs œufs à la base de tiges de graminées ou de cypéracées, on croit que l’hôte du parasitoïde pourrait être une chenille de noctuelle (les noctuelles sont des papillons nocturnes de la famille des Noctuidés) qui s’enfouit dans le sable durant le jour et quitte son abri la nuit pour se nourrir à la base de la graminée hôte. La noctuelle mêlée est une spécialiste des milieux dunaires qui est présente à Whitehorse et à Carcross, et son aire de répartition mondiale chevauche très étroitement celle de la mouche tachinide des dunes. Au Yukon, des adultes de la mouche tachinide des dunes ont été capturés du 6 juin au 23 juillet. Dans les régions côtières européennes, la période de vol est plus longue et s’étend de la fin de mai au milieu d’août. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Menaces

On sait très peu de choses sur les facteurs limitatifs. Actuellement, le principal facteur limitatif pour la mouche tachinide des dunes est probablement la répartition et l’abondance de son hôte larvaire. Depuis la fin du Pléistocène, la stabilisation des dunes et la succession végétale ont entraîné la disparition de la plupart des dunes actives dans la région. Même si certaines dunes actives semblent en équilibre, la superficie des nouveaux creux de déflation étant approximativement égale à celle des dunes stabilisées, la succession continuera probablement d’entraîner la disparition d’autres zones de dunes dégagées, en particulier dans le réseau passablement vaste mais relativement jeune des dunes de l’Alsek, dans le parc national et réserve de parc national Kluane. Les espèces envahissantes susceptibles d’entraîner la stabilisation rapide des dunes représentent une menace potentielle mais importante pour l’espèce et son habitat. L’élyme étroit et le mélilot officinal figurent parmi ces espèces. Aux dunes de Carcross, l’utilisation accrue de véhicules tout-terrain a entraîné une réduction de la superficie de l’habitat propice en y éliminant la végétation, dont les plantes nourricières de l’espèce hôte de la mouche tachinide des dunes. (Mise à jour 2017/08/10)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la mouche tachinide des dunes (Germaria angustata) au Canada (2011)

    La mouche tachinide des dunes (Germaria angustata (Zetterstedt)) est un insecte de taille moyenne au corps noir hérissé de fortes soies qui appartient à la famille des Tachinidés. Le deuxième aristomère (article de l’ariste) est allongé, tandis que le troisième est aplati latéralement. Ces deux caractères confèrent à l’ariste son aspect coudé caractéristique qui facilite l’identification de l’espèce. Cette mouche suscite un intérêt particulier parce qu’elle fait partie d’un groupe d’espèces d’invertébrés et de plantes (dont un certain nombre d’espèces encore non décrites scientifiquement) qui, en Amérique du Nord, sont confinées à des systèmes de dunes actives dans le sud du Yukon.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Mouche tachinide des dunes (2011)

    Cette mouche rare est restreinte à une très petite zone de la Béringie libre de glace dans le sud-ouest du Yukon. Elle est connue dans onze localités étant en grande partie isolées où elle se trouve dans des dunes actives à semi-stabilisées. Cette mouche est un parasite de la larve d’un papillon nocturne des dunes. Les menaces incluent un déclin continu de l’habitat causé par la succession sur les dunes et l’utilisation de véhicules tout-terrain dans certaines zones, ce qui détruit la végétation requise dans les dunes.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2016)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2017)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en vertu du paragraphe 27(1) de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2011 (2011)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 8 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 8 novembre 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.