Profil d'espèce

Merluche blanche Population du sud du golfe du Saint-Laurent

Nom scientifique : Urophycis tenuis
Taxonomie : Poissons
Distribution : Océan Atlantique
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2013
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Aucune annexe, Aucun statut

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Merluche blanche

Merluche blanche Photo 1

Haut de la page

Description

Une espèce à croissance rapide, la merluche blanche peut vivre plus de 20 ans. Elle peut atteindre jusqu’à 60 ou 70 centimètres en longueur. Elle présente les caractéristiques suivantes : son corps élancé est parcouru de rayons filiformes qui s’étendent de ses nageoires inférieures jusqu’au bout de ses nageoires supérieures, un petit barbillon au menton et une large bouche qui s’étend jusqu’en dessous des yeux. Malgré son nom, la merluche blanche n’est pas blanche du tout. Bien que sa couleur varie, cette espèce a habituellement un dos brun ou pourpre, des côtés bronze ou un ventre blanc ou blanc-jaunâtre parsemé de petits points noirs. (Mise à jour 2017/02/22)

Haut de la page

Habitat

La merluche blanche du sud du golfe St-Laurent se trouve surtout dans la partie sud-ouest du canal Laurentien. On retrouve la merluche à proximité du fond marin et elle préfère les endroits dont les fonds sont sablonneux ou vaseux. Elle cherche les profondeurs où les températures de l'eau varient de 4 à 8º C. Les gros poissons vivent habituellement dans des eaux plus profondes tandis que les juvéniles occupent généralement des eaux peu profondes près de la côte ou sur des bancs extracôtiers peu profonds. Dans le golfe du Saint-Laurent, la merluche blanche de toutes les tailles a tendance à se déplacer vers la côte en été et à nager vers les eaux profondes en hiver. (Mise à jour 2017/02/22)

Haut de la page

Biologie

Le frai a lieu dans la partie est du détroit de Northumberland et se déroule de juin à septembre, la fin juin étant le point culminant. Le frai dans les autres secteurs se déroule au début du printemps et un second frai en été a été constaté dans la plate-forme Néo-Écossaise. En eaux canadiennes, la taille à une maturité de 50 % va de 40 à 54 cm pour les femelles et de 37 à 47 cm pour les mâles. On estime que l’âge moyen de reproduction est de 9 ans. (Mise à jour 2017/02/27)

Haut de la page

Menaces

Un moratoire protège la merluche blanche du sud du golfe du Saint-Laurent depuis 1995. Depuis ce temps, le Ministère a également mis en place des mesures obligeant les pêcheurs d'éperlan à relâcher tous les poissons de fond (principalement la merluche blanche et la plie rouge) d'un engin de pêche lorsqu'ils sont capturés accidentellement. La menace principale de la merluche du sud du golfe du St-Laurent est la mortalité naturelle qui comprend la prédation par les phoques. (Mise à jour 2017/02/22)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

3 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Merluche blanche (Urophycis tenuis) au Canada (2014)

    La merluche blanche, Urophycis tenuis (Mitchill, 1815), est un poisson de la famille des Gadidés (Phycidés), une des nombreuses espèces apparentées à la morue (les gadiformes) qui vivent sur la côte Est du Canada. En anglais, la merluche blanche est appelée « white hake » et parfois « ling ». Ensemble, son barbillon caractéristique à l’extrémité de la mâchoire inférieure, ses deux nageoires dorsales et ses nageoires pelviennes allongées identifient au genre Urophycis ce poisson de l’ouest de l’Atlantique, au large du Canada. La merluche blanche se distingue de la merluche-écureuil (Urophysis chuss) par le nombre d’écailles sur la ligne latérale et le nombre de branchicténies qu’elle présente sur la partie supérieure du premier arc branchial.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réponse – Merluche blanche, population du sud du golfe du Saint-Laurent (2015)

    Cette population a augmenté au milieu des années 1970 et atteint un pic au milieu des années 1980 avant de connaître un déclin marqué; elle s’est stabilisée au milieu des années 1990. Le taux de déclin global a été de 91 % au cours des trois dernières générations. La zone d’occupation a suivi une tendance comparable, quoique moins marquée, et un segment de la population semble avoir disparu. Le taux de mortalité de la population adulte due à des causes autres que la pêche a augmenté considérablement durant les années 1990 et demeure extrêmement élevé. Si la situation se poursuit, il est peu probable que la population soit viable à long terme. Par conséquent, les effectifs demeurent faibles et le rétablissement de la population est minime, malgré la fin des pêches visant cette espèce. Bien que les pêches constituaient la cause principale du déclin, il semble que le taux élevé de mortalité due à des causes autres que la pêche (p. ex., prédation) empêcherait peut-être le rétablissement de la population depuis ce temps.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2013-2014 (2014)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2013 à septembre 2014), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 24 au 29 novembre 2013, et la deuxième, du 27 avril au 2 mai 2014. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 0 En voie de disparition : 23 Menacées : 12 Préoccupantes : 20 Données insuffisantes : 0 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 25 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.