Profil d'espèce

Baleine grise Population de l'Atlantique

Nom scientifique : Eschrichtius robustus
Autres noms/noms précédents : Baleine grise de Californie (Population de l'Atlantique)
Taxonomie : Mammifères
Distribution : Océan Atlantique
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2009
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue du pays
Statut de la LEP : Annexe 1, Disparue du pays


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition du pays | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Baleine grise

Baleine grise Photo 1

Haut de la page

Description

La Baleine grise de Californie est une grosse baleine qui possède de longs fanons (minces plaques de kératine remplaçant les dents). Le corps de cette baleine est attaqué par des parasites et couvert de cicatrices blanches. Cette baleine a une petite tête; une grande bouche; des narines situées juste au dessus des yeux; des nageoires pectorales larges et pointues; et une rangée de poils sur la mâchoire. Elle n'a pas de nageoire dorsale, cette dernière étant remplacée par une rangée de bosses situées sur la partie inférieure du dos. Ces baleines atteignent une longueur maximale de 15 m; les femelles sont plus grosses que les mâles. À la naissance, les baleineaux mesurent 4,5 à 5 m.

Haut de la page

Répartition et population

Autrefois, on retrouvait la Baleine grise le long des plateaux continentaux de l'océan Atlantique Nord et de l'océan Pacifique Nord. La population de l'Atlantique de la Baleine grise de Californie est aujourd'hui disparue. Il est probable que ces baleines visitaient le banc Scotian, le golfe du Saint Laurent, les Grands Bancs, et peut-être la baie d'Hudson. Cependant, il n'existe pas de données qui permettraient d'évaluer la taille antérieure de cette population. Par contre, ces baleines existent encore dans l'océan Pacifique, et certaines passent l'été au large des côtes de la Colombie-Britannique. On peut aussi les apercevoir au large de la côte de Californie lors de la migration. En effet, cette population se reproduit dans la région de Baja California, au Mexique durant l'hiver, et migre vers le nord au printemps, parfois même jusqu'en Alaska, pour se nourrir.

Haut de la page

Habitat

La Baleine grise de Californie se tient près des côtes, dans les baies et les estuaires. Au cours des migrations, ces baleines suivent les courants au large des côtes.

Haut de la page

Biologie

Les Baleines grises de Californie atteignent l'âge de reproduction à cinq ans. Les femelles donnent naissance à un baleineau à chaque deux ans. La période de gestation est d'à peu près 14 mois.

Haut de la page

Raison de la disparition du pays

La modification de leur habitat d'hiver, utilisé pour donner naissance et lorsque les baleineaux sont petits, est un facteur limitant pour les populations de Baleines grises de Californie de l'océan Pacifique; ces modifications sont dues à des activités humaines. Les substances toxiques sont aussi un problème pour ces baleines; plusieurs Baleines grises de Californie sont mortes suite à un empoisonnement dû à des substances toxiques tels les pesticides, les PCBs et les métaux lourds. La chasse à la baleine pour des fins de subsistance est encore pratiquée en Alaska et dans la péninsule Chukotsk.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Baleine grise, Population de l'Atlantique, est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la baleine grise (Eschrichtius robustus), population de l’Atlantique, au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent La population de l’Atlantique de la baleine grise est disparue et son rétablissement est considéré irréalisable sur le plan technique et biologique. Le caractère réalisable du rétablissement sera réévalué au fur et à mesure que les conditions ou les connaissances changent ou dans le cadre du rapport quinquennal sur la mise en œuvre du programme de rétablissement.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

5 enregistrement(s) trouvé(s).

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • COSEPAC - Sommaire de l’évaluation et Rapport de situation : Baleine grise Eschrichtius robustus – populations de l'Atlantique et du nord-est du Pacifique (2009)

    Sommaire de l’évaluation – Mai 2000 Nom commun Baleine grise – population de l'Atlantique Nom scientifique Eschrichtius robustus Statut Disparue du pays Justification de la désignation * Une justification de la désignation n'est pas précisée lorsqu'une révision de la classification est effectuée dans le cadre d'un sommaire du statut de l'espèce. Répartition Océan Atlantique Historique du statut Espèce disparue du Canada avant la fin des années 1800. Espèce désignée « disparue du pays » en avril 1987. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000 et en novembre 2009. Sommaire de l’évaluation – Avril 1987 Nom commun Baleine grise – population du nord-est du Pacifique Nom scientifique Eschrichtius robustus Statut Espèce non en péril Justification de la désignation Les populations, qui ont été décimées par suite d'exploitation, se sont rétablies. Répartition Océan Pacifique Historique du statut Espèce désignée non en péril en avril 1987.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Baleine grise, Population de l'Atlantique (2010)

    La Baleine grise de Californie est une grosse baleine qui possède de longs fanons (minces plaques de kératine remplaçant les dents). Le corps de cette baleine est attaqué par des parasites et couvert de cicatrices blanches. Cette baleine a une petite tête; une grande bouche; des narines situées juste au dessus des yeux; des nageoires pectorales larges et pointues; et une rangée de poils sur la mâchoire. Elle n'a pas de nageoire dorsale, cette dernière étant remplacée par une rangée de bosses situées sur la partie inférieure du dos. Ces baleines atteignent une longueur maximale de 15 m; les femelles sont plus grosses que les mâles. À la naissance, les baleineaux mesurent 4,5 à 5 m.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la baleine grise (Eschrichtius robustus), population de l’Atlantique, au Canada (2007)

    Pêches et Océans Canada a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement de la baleine grise des eaux canadiennes de l’Atlantique, ce qui a nécessité : i) la préparation d’une ébauche répondant aux exigences de la LEP pour les programmes de rétablissement des espèces disparues du Canada; ii) la diffusion de l’ébauche aux gouvernements des provinces du Québec, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Edward et de Terre-Neuve & Labrador à des fins d’examen et de commentaire; iii) des consultations publiques; et iv) la rédaction finale de la version proposée pour affichage dans le Registre public de la LEP. La conclusion selon laquelle le rétablissement est irréalisable, y compris la justification de cette conclusion, a été examinée dans le cadre du processus de consultation et d’examen visant le programme de rétablissement. La responsabilité de la décision finale et de sa formulation appartient au MPO, qui l’a exercée en prenant en considération les commentaires reçus.

Décrets

  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2012)

    L’objet du Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril est d’ajouter 18 espèces à l’annexe 1, la Liste des espèces en péril (la Liste), et de changer la classification de 7 espèces inscrites, aux termes du paragraphe 27(1) de la LEP. Cette modification est proposée à la suite de la recommandation du ministre de l’Environnement à la lumière d’évaluations scientifiques qu’a faites le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), et à la suite de consultations tenues auprès des gouvernements, des peuples autochtones, des intervenants et du public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 (2010)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, la fonction première du COSEPAC est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu’il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l’évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages et a revu le statut de 79 espèces (espèces, sous-espèces, populations). Lors de la réunion de novembre 2009, le COSEPAC a évalué ou revu le statut de 28 espèces sauvages. À sa réunion d’avril 2010, le Comité a évalué ou revu la classification de 51 espèces sauvages additionnelles (espèces, sous-espèces, populations). Le COSEPAC a revu la classification de 32 espèces sauvages déjà inscrites à l’annexe 1 de la LEP et leur statut a été confirmé (disparue du pays - espèce ne vivant plus à l’état sauvage au pays, mais qu’on trouve ailleurs -, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2009-2010 sont les suivants : Disparues du pays : 6 En voie de disparition : 39 Menacées : 16 Préoccupantes : 17 Données insuffisantes : 1 Le présent rapport présente au ministre le statut de 46 espèces nouvellement désignées comme disparues du pays, en voie de disparition, menacées ou préoccupantes et remplit les obligations du COSEPAC stipulées aux articles 25 et 26 de la Loi sur les espèces en péril. Un résumé complet et détaillé de l’évaluation de chaque espèce et la justification de la désignation de chacune d’entre elles se trouvent à l’annexe I du rapport. Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 602 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 262 en voie de disparition, 151 menacées, 166 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 13 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 46 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 166 espèces ont été désignées comme « non en péril ». L’année en cours a été particulièrement productive pour le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) du COSEPAC. En avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices des procédures et des protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones. Ces lignes directrices établissent des principes clairs ayant été convenus quant à la collecte de connaissances traditionnelles autochtones dans l’accomplissement de la mission du COSEPAC prescrite au paragraphe 15(2) de la LEP (voir l’annexe III du rapport ci-joint). Nous sommes reconnaissants aux aînés des collectivités et aux experts pour l’aide généreuse et l’enthousiaste qu’ils ont apportés au Sous-comité dans la préparation des protocoles sur les CTA.