Profil d'espèce

Criquet du lac Huron

Nom scientifique : Trimerotropis huroniana
Taxonomie : Arthropodes
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2015
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Aucune annexe, Aucun statut

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Criquet du lac Huron

Description

Le criquet du lac Huron est gris argenté à brunâtre et orné de mouchetures de couleur variable lui permet de se confondre avec son habitat sableux. Les ailes postérieures, claires ou jaune pâle dans leur portion basale, ornées d’une bande transversale noire au milieu et claires ou enfumées à l’extrémité, sont exposées lorsque l’insecte prend son envol. Les femelles (29 à 40 mm) sont plus grandes que les mâles (24 à 30 mm). Le criquet du lac Huron est une des rares espèces endémiques à la région des Grands Lacs laurentiens. (Mise à jour 2016/12/20)

Haut de la page

Répartition et population

Le criquet du lac Huron est endémique à la région des Grands Lacs de l’Ontario, du Wisconsin et du Michigan. Il se rencontre uniquement parmi les dunes le long des rives des lacs Huron, Michigan et Supérieur. Au Canada, il est présent dans 11 sites dunaires, soit une localité sur la rive est du lac Supérieur et 7 localités réparties le long de la rive sud de l’île Manitoulin et sur l’île Great Duck, au lac Huron. Historiquement, il a également été observé sur l’île Giant’s Tomb et à la plage Wasaga, dans la baie Georgienne, et à la plage Sauble (Southampton), sur la rive est du lac Huron. L’espèce est aujourd’hui tenue pour disparue à ces sites. (Mise à jour 2016/12/20)

Haut de la page

Habitat

Les dunes des Grands Lacs couvrent une superficie totale de moins de 1 800 ha au Canada, dont 492 ha et 100 ha le long des rives du lac Huron et du lac Supérieur, respectivement. Les dunes sont présentes le long du littoral, d’importantes quantités de sable s’y étant accumulées sous forme de dépôts glaciaires et à l’embouchure des rivières. L’exposition aux vents et à l’action des vagues est essentielle pour maintenir l’érosion et le dépôt du sable et prévenir la succession forestière. L’habitat de prédilection du criquet du lac Huron est l’avant-dune, faible crête la plus rapprochée du lac comportant des zones sableuses dénudées piquées de graminées éparses. (Mise à jour 2016/12/20)

Haut de la page

Biologie

À la fin de l’été, les mâles attirent les femelles en stridulant (c. à d. en produisant des trilles en frottant leurs pattes postérieures contre leurs ailes antérieures) et en effectuant des vols de parade durant lesquels ils exposent leurs ailes postérieures et produisent un crépitement. Après l’accouplement, les femelles déposent des grappes d’œufs dans le sable. Les œufs éclosent au printemps suivant. Les larves passent par cinq stades avant d’atteindre le stade adulte, à la fin de juillet ou en août. L’ammophile à ligule courte, l’armoise des champs et le calamovilfa à feuilles longues sont les plantes nourricières préférées des larves et des adultes. (Mise à jour 2016/12/20)

Haut de la page

Menaces

Le développement résidentiel et commercial et l’utilisation intensive des dunes à des fins récréatives ont entraîné la destruction ou l’altération d’une grande partie de l’habitat dunaire et sont probablement à l’origine de la disparition du criquet du lac Huron aux sites historiques. L’utilisation des dunes à des fins récréatives par les amateurs de randonnée pédestre et les véhicules hors route ont réduit considérablement les sous-populations et continuent de menacer certaines dunes en endommageant la végétation et en causant la formation de creux de déflation (dépressions formées par l’érosion du sable par le vent). Certaines plantes envahissantes, en particulier le roseau commun et la centaurée maculée, peuvent remplacer les plantes nourricières préférées et altérer les processus dunaires. Les fluctuations des niveaux d’eau liées aux changements climatiques, aux cycles naturels ou à la gestion des niveaux d’eau peuvent réduire la quantité d’habitat dunaire disponible. Récemment, la mise en place de programmes d’intendance des dunes a permis d’améliorer la qualité de l’habitat à certains sites. (Mise à jour 2016/12/20)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

4 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le criquet du lac Huron (Trimerotropis huroniana) au Canada (2016)

    Le criquet du lac Huron est gris argenté à brunâtre et orné de mouchetures de couleur variable lui permet de se confondre avec son habitat sableux. Les ailes postérieures, claires ou jaune pâle dans leur portion basale, ornées d’une bande transversale noire au milieu et claires ou enfumées à l’extrémité, sont exposées lorsque l’insecte prend son envol. Les femelles (29 à 40 mm) sont plus grandes que les mâles (24 à 30 mm). Le criquet du lac Huron est une des rares espèces endémiques à la région des Grands Lacs laurentiens.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Criquet du lac Huron (2017)

    Ce criquet rare à l’échelle mondiale est endémique à la région des Grands Lacs de l’Ontario, du Michigan et du Wisconsin où il se limite aux dunes le long des rives des lacs Huron, Michigan et Supérieur. Au Canada, sa présence est connue dans 11 sites de dunes : une localité sur la rive est du lac Supérieur, et sept au lac Huron sur la rive sud de l’île Manitoulin et de l’île Great Duck. Anciennement, l’espèce se retrouvait dans trois sites additionnels au lac Huron, mais ces sous-populations semblent être disparues de ces sites dans les années 1990, probablement à la suite du développement résidentiel et commercial ainsi que de l’utilisation récréative intensive qui a endommagé la majeure partie de l’habitat de dunes. Alors que l’utilisation récréative par les randonneurs et les véhicules hors route continuent de menacer certaines dunes, d’autres sites ont fait l’objet d’améliorations récentes dans le cadre de programmes d’intendance des dunes. Les menaces additionnelles pesant sur les milieux dunaires comprennent les plantes envahissantes et les variations du niveau des lacs liées au changement climatique, aux cycles naturels ou à la gestion des niveaux d’eau des lacs.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2015-2016 (2016)

    Au cours de la dernière année, le COSEPAC a réexaminé la situation de 25 espèces sauvages; de ce nombre, la majorité (68 %) a été réévaluée au même niveau de risque, sinon à un risque plus faible. Sur un total de 45 espèces évaluées, on a attribué le statut d’espèce non en péril à sept d’entre elles (deux réévaluations et cinq nouvelles évaluations). À ce jour, et compte tenu de la présentation de ce rapport, les évaluations du COSEPAC comprennent maintenant 724 espèces sauvages dans diverses catégories de risque, ce qui comprend 320 espèces en voie de disparition, 172 espèces menacées, 209 espèces préoccupantes et 23 espèces disparues (c.-à-d. que l’on ne trouve plus à l’état sauvage au Canada). De plus, on a jugé disparues 15 espèces sauvages, les données de 54 espèces sauvages ont été jugées insuffisantes et on a évalué que 177 espèces ne sont pas à risque.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : espèces terrestres - Janvier 2017 (2017)

    Le gouvernement du Canada est voué à prévenir la disparition des espèces sauvages en péril de nos territoires. Dans le cadre de sa stratégie visant à honorer cet engagement, le gouvernement du Canada a adopté la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003. L'annexe 1 de la Loi, qui présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la LEP, est aussi appelée la « Liste des espèces en péril ». Les espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées qui figurent à l'annexe 1 bénéficient de la protection conférée par les interdictions et d’exigences en matière de la planification du rétablissement prévues à la LEP. Les espèces préoccupantes bénéficient d’exigences en matière de planification de la gestion. L'annexe 1 contenait initialement 233 espèces sauvages en péril et maintenant, 521 espèces forment la liste. En 2016, sur recommandation du ministre de l'Environnement, le gouverneur en conseil a approuvé des propositions d'inscription pour 44 espèces sauvages. Il est proposé que 23 espèces soient ajoutées à l'annexe 1, 18 soient reclassifiées ou aient leur définition modifiée (deux espèces fauniques sont divisées en quatre), qu'une espèce soit retirée de l'annexe 1 et deux autres espèces ajoutées. Les propositions d'inscription ont été publiées dans la Partie I de la Gazette du Canada pour une période de consultation publique de 30 jours et les décisions finales d'inscription pour les 44 espèces sont attendues au début de 2017.Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 11 mai 2017 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations régulières; et le 11 octobre 2017 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations prolongées.Pour obtenir une description des processus de consultation auxquels ces espèces seront soumises, veuillez consulter le site Web suivant : Registre public des espèces en péril Résumés du COSEPAC sur les espèces terrestres admissibles pour ajout ou reclassification à l’annexe 1