Profil d'espèce

Pycnanthème gris

Nom scientifique : Pycnanthemum incanum
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2011
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Pycnanthème gris

Pycnanthème gris Photo 1

Haut de la page

Description

Le Pycnanthème gris est une herbacée vivace. Les tiges, qui poussent de rhizomes, mesurent à peu près 1 m de hauteur. Il y a de nombreux poils sur les tiges, et il y a normalement plus de poils sur les parties supérieures des tiges que sur les parties inférieures. Les feuilles oblongues ont quelques dents de chaque côté et sont couvertes de fins et denses poils blancs. Les feuilles du haut de la plante sont vertes sur la face supérieure et blanches sur la face inférieure, alors que les feuilles du bas de la plante sont blanches sur les deux côtés. Les têtes de fleurs mesurent de 1.5 à 3.5 cm de diamètre; les fleurs sont blanches avec des points violets. Cette plante a une odeur de menthe caractéristique.

Haut de la page

Répartition et population

Aux États-Unis, le Pycnanthème gris est présent de la Nouvelle-Angleterre et du sud de l'Illinois jusqu'en Caroline du Sud. Au Canada, on le rencontre dans le sud de l'Ontario. Initialement il y avait deux localités connues croissant à moins de 2 km l'une de l'autre: Willow Point à Burlington et Woodland Cemetery à Hamilton. La colonie de Willow Point comprenait 41 et 48 tiges en 1984 et 1997, respectivement. Quant à la localité située à Woodland Cemetery, on dénombrait 39 tiges en 1991 et une seule en 1997. Découverte en 1991, une troisième localité formée de 3 individus ayant plusieurs tiges n'a pu être retrouvée en 1997. Une nouvelle population assez considérable fut découverte en 2000, élevant le nombre total de sites connus à trois. Les populations sont toutes situées sur les Burlington Bluffs à Hamilton et Burlington. On compte environ 600 plantes au total en Ontario.

Haut de la page

Habitat

Au Canada, le Pycnanthème gris croît sur les pentes relativement chaudes des forêts décidues dont le couvert est peu dense et, plus spécifiquement, dans des habitats secs et ouverts dont le sol est composé d'argile et de sable. Le Schizachyrium à balais (Schizachyrium scoparium [Michx.] Nash.) et le Barbon de Gérard (Andropogon gerardii Vitman) dominent une des localités à Hamilton.

Haut de la page

Biologie

Le Pycnanthème gris se reproduit par l'entremise de graines ou par la division des rhizomes. Il fleurit entre la mi-juillet et la mi-septembre.

Haut de la page

Menaces

Au Canada, c'est surtout la destruction de l'habitat qui met en péril le Pycnanthème gris. Cette destruction est attribuable aux activités humaines ainsi qu'à l'envahissement de l'habitat par d'autres espèces, particulièrement les arbustes. Les populations ontariennes sont menacées surtout par l'envahissementpar des plantes non-indigènes, à l'érosion et au glissement de la berge.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Pycnanthème gris est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le pycnanthème gris est protégé par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario. Cette loi interdit de nuire aux individus de cette espèce, de les tuer, de les harceler ou de les collecter, et de détruire leur habitat.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du pycnanthème gris (Pycnanthemum incanum (L.) Michx) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement du Pycnanthème gris

  • Melinda Thompson-Black - Président/Contact - Consultant privé
    Tél. : 519-822-1609  Téléc. : 519-822-5389  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent L’équipe de rétablissement du pycnanthème gris veut protéger et augmenter les populations existantes. Elle évaluera de plus les sites historiques pour déterminer s’il est conseillé de remettre en état l’habitat et de réintroduire le pycnanthème gris. Résumé des activités de recherche et de surveillance Une enquête et un recensement à grande échelle effectués en 2000 et en 2001 ont repéré trois populations restantes de pycnanthèmes gris. Une grande population a été redécouverte en 2001 à partir d’un compte rendu historique. Ces populations ont été cartographiées et sont surveillées chaque année. L’habitat dans lequel chacune des populations pousse a été décrit, et les menaces éventuelles particulières à un site ont été définies. Il faut évaluer avec plus de précision les exigences en matière d’habitat du pycnanthème gris afin que la planification du rétablissement soit efficace. Les chercheurs tentent en particulier de déterminer les raisons pour lesquelles la germination des graines et la survie des plantules sont si faibles. Le brûlage dirigé sera mis à l’essai comme technique de remise en état de l’habitat. Parce qu’il reste si peu de populations de pycnanthèmes gris, les brûlages dirigés seront peut être mis à l’essai dans des sites où la plante sera réintroduite. Des graines de pycnanthèmes gris ont été recueillies, et des études préliminaires sur la propagation ont été effectuées. La propagation des plantes aura lieu aux Jardins botaniques royaux ainsi que dans un site de démonstration de la passe migratoire de Cootes Paradise, où elles serviront à d’autres recherches et à la collecte des graines pour la réintroduction et l’augmentation éventuelles des populations. Résumé des activités de rétablissement Toutes les populations restantes de pycnanthèmes gris se trouvent soit sur des terrains municipaux ou des terres privées. La coopération des propriétaires fonciers est essentielle au rétablissement de cette espèce. La remise en état de l’habitat a commencé à un endroit, où les propriétaires fonciers essaient d’enlever des espèces envahissantes et de remettre en état les savanes de chênes et les terrains boisés ouverts. L’enlèvement d’autres plantes exotiques et la surveillance de l’efficacité de techniques d’enlèvement de rechange sont prévus.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

8 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le pycnanthème gris (Pycnanthemum incanum) au Canada (2000)

    Le pycnanthème gris (Pycnanthemum incanum) est une espèce de la famille des lamiacées (labiées). La plante pubescente et parfumée attire l'attention et peut atteindre une hauteur d'un mètre. Les feuilles sont larges, dentées, opposées et réparties sur toute la tige jusque dans l'inflorescence. Les fleurs sont petites, blanches, tachées de violet et réunies en groupes arrondis principalement situés au sommet de la tige et à l'aisselle des feuilles supérieures.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - Pycnanthème gris (2000)

    Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1986. Réexamen et confirmation du statut en avril 1998 et en mai 2000. L'évaluation de mai 2000 est fondée sur de nouveaux critères quantitatifs, qui ont été appliqués aux données du rapport de situation de 1998.
  • Sommaire du statut de l’espèce du COSEPAC sur le pycnanthème gris (Pycnanthemum incanum) au Canada (2012)

    Historiquement, cette plante vivace a une petite aire de répartition au Canada, où seulement deux populations existent le long des falaises de Hamilton en Ontario. Son habitat très particulier, qui est limité à une petite zone du littoral des falaises, rend l’espèce particulièrement vulnérable. Les principales menaces à sa persistance sont l'empiètement des espèces envahissantes, la perte d’habitat causée par l'érosion et la suppression des feux, laquelle contribue à une succession vers des types d’habitat non convenables.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Pycnanthème gris (2013)

    Historiquement, cette plante vivace a une petite aire de répartition au Canada, où seulement deux populations existent le long des falaises de Hamilton en Ontario. Son habitat très particulier, qui est limité à une petite zone du littoral des falaises, rend l’espèce particulièrement vulnérable. Les principales menaces à sa persistance sont l'empiètement des espèces envahissantes, la perte d’habitat causée par l'érosion et la suppression des feux, laquelle contribue à une succession vers des types d’habitat non convenables.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du pycnanthème gris (Pycnanthemum incanum (L.) Michx.) au Canada (2007)

    Le pycnanthème gris est l’une des diverses espèces du genre Pycnanthemum présentes en Ontario. Il s'agit d'une herbacée vivace pouvant atteindre 1 m de hauteur. En Ontario, bien que les plants produisent des graines viables, l'espèce se multiplie essentiellement de manière végétative, par les rhizomes (tiges souterraines horizontales). Les tiges sont pourvues de fins poils blancs, surtout sur leur partie supérieure. Chez cette espèce, le nombre de tiges est un indicateur de l’âge et de la vigueur du sujet (Obee, 1994). Les feuilles sont opposées. Les feuilles principales sont longues de 5 à 10 cm et larges de 1,5 à 3,5 cm. Le dessous des feuilles et le dessus de celles de la partie supérieure de la plante sont densément pubescents. Les feuilles présentent un petit nombre de dents et dégagent un parfum de menthe. Le nom du genre décrit bien la plante, Pycnanthemum signifiant « densément fleuri ». Les fleurs, petites, blanches et tachetées de violet, se présentent en groupes denses à l'extrémité des tiges et à l’aisselle des feuilles. Les groupes de fleurs possèdent un diamètre de 1,5 à 3,5 cm et apparaissent entre le milieu et la fin de l'été.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2011-2012 (2012)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (1er septembre 2011 au 30 septembre 2012), le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 21 au 25 novembre 2011, et la deuxième, du 29 avril au 4 mai 2012. Le 3 février 2012, un sous-comité des évaluations d’urgence du COSEPAC a également évalué la situation de la pipistrelle de l’Est (Perimyotis subflavus), de la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus) et de la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis). Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 67 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2011-2012 sont les suivants : Disparues : 1 Disparues du pays : 4 En voie de disparition : 29 Menacées : 10 Préoccupantes : 15 Données insuffisantes : 2 Non en péril : 6 Total : 67 Sur les 67 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 49 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente (voir le tableau 1a).

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2012 (2013)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 mars 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations régulières; et le 4 octobre 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations prolongées. Processus de consultation.

Description de la résidence

  • Justification de la résidence - pycnanthème gris (2007)

    Les individus de pycnanthème gris ne semblent pas utiliser un lieu d’habitation semblable à un nid ou à un terrier et, par conséquent, ne réunissent pas les conditions voulues pour être considérés avoir une résidence. Il n’y a donc aucune mesure de protection additionnelle accordée par la loi, outre celle qui est prévue par la protection de l’individu et de son habitat essentiel.