Profil d'espèce

Droséra filiforme

Nom scientifique : Drosera filiformis
Autres noms/noms précédents : Rossolis filiforme
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Nouvelle-Écosse
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2001
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Droséra filiforme

Droséra filiforme Photo 1
Droséra filiforme Photo 2

Haut de la page

Description

Le droséra filiforme est une herbe carnivore vivace qui mesure de 15 à 25 cm de hauteur. Les feuilles sont longues et filiformes, et émergent de la base de la plante. De nombreuses glandes capillaires rouge-mauve collantes couvrent les feuilles; ces glandes produisent un liquide gluant qui piège les petits arthropodes (insectes et araignées). Les fleurs à cinq pétales sont mauves avec des centres jaunes; les fleurs poussent sur des tiges sans feuilles et s'ouvrent une à la fois.

Haut de la page

Répartition et population

Le droséra filiforme se trouve au Canada et dans l’Est des États-Unis; elle a quelques populations dans la région côtière de la Nouvelle-Angleterre et des populations plus abondantes sur la côte du golfe de la Floride et de la Louisiane. Au Canada, le droséra filiforme ne se trouve que dans cinq tourbières d’une petite zone de l’extrême Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse. La population totale du droséra filiforme compte une dizaine de milliers de plantes; cependant, l’espèce ne se trouve que dans cinq populations qui se situent à une dizaine de kilomètres les unes des autres.

Haut de la page

Habitat

Le droséra filiforme habite une variété d'environnements incluant du sable humide, des rives sablonneuses et des marais de cèdres. En Nouvelle-Écosse, il ne se trouve que dans des tourbières sur plateaux qui sont des terres humides ouvertes acides et infertiles où domine la sphaigne, les éricacées, les carex courts et les graminées.

Haut de la page

Biologie

Au Canada, le droséra filiforme commence à fleurir au milieu ou la fin de juillet. En moyenne, chaque plant a 8 capsules, et chaque capsule contient 70 graines. La pollinisation est probablement accomplie par des insectes; cette plante se reproduit par l'entremise de graines. Le droséra filiforme pousse en colonies distinctes. Elle capture avec ses feuilles collantes de petits invertébrés qu’elle digère grâce aux enzymes contenues dans les gouttelettes. Elle est aussi capable de photosynthèse.

Haut de la page

Menaces

Une des plus grandes populations de droséras filiformes est menacée par un projet d’exploitation de tourbière qui détruirait ou détériorerait l’habitat de la plante. Les quatre autres populations connues sont peut-être aussi menacées par des propositions d’exploitation de tourbières ou de cultures d’atocas.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Droséra filiforme est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le droséra filiforme est protégée par la Endangered Species Act de la Nouvelle-Écosse. Cette loi interdit de nuire aux individus de cette espèce, de les tuer ou de les collecter.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement et plan de gestion plurispécifique pour la flore de la plaine côtière de l'Atlantique au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de la flore de la plaine côtière de l'Atlantique

  • Sherman Boates - Président/Contact - Gouv. de la Nouvelle Écosse
    Tél. : 902-679-6146  Téléc. : 902-679-6176  Envoyer un courriel
  • Samara Eaton - Président/Contact - Environnement Canada
    Tél. : 506-364-5060  Téléc. : 506-364-5062  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le droséra filiforme (Drosera filiformis) au Canada - Mise à jour (2001)

    Le droséra filiforme est une herbacée carnivore de petite taille, qui ne pousse que dans des tourbières ombrotrophes. La plante peut produire jusqu'à 15 fleurs violacées au cour jaune, portées par une longue hampe aphylle souvent recourbée à l'extrémité. L'espèce est vivace et produit chaque été de longues feuilles filiformes érigées, issues d'un tubercule blanchâtre. Les feuilles sont couvertes de pseudo-poils glanduleux violet-rouge qui sécrètent un liquide visqueux servant à capturer de petits arthropodes (insectes et araignées). Ce liquide contient des enzymes capables de digérer la proie, source supplémentaire d'éléments nutritifs pour la plante.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement et plan de gestion plurispécifiques pour la flore de la plaine côtière de l’Atlantique au Canada (2016)

    En vertu de l’article 37 de la LEP, le ministre compétent est tenu d’élaborer des programmes de rétablissement à l’égard des espèces inscrites comme étant disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et, en vertu de l’article 65 de la LEP, le ministre compétent est tenu d’élaborer des plans de gestion à l’égard des espèces préoccupantes. Le présent programme de rétablissement et plan de gestion servira également de plan de gestion distinct, comme l’exige la LEP (articles 65-67), pour les espèces désignées préoccupantes en vertu de la LEP qui y sont incluses. La province de la Nouvelle Écosse, Environnement Canada et Agence Parcs Canada ont mené l’élaboration du présent document, qui a été préparé en coopération ou en consultation avec de nombreux autres particuliers et organismes, y compris des organismes non gouvernementaux environnementaux, des intervenants de l’industrie, des peuples autochtones et des propriétaires de terres privées.

Plans d'actions

  • Plan d’action plurispécifique pour la flore de la plaine côtière de l’Atlantique au Canada (2016)

    La ministre de l’Environnement et du Changement climatique est la ministre compétente en vertu de la LEP du coréopsis rose, du droséra filiforme, de l’hydrocotyle à ombelle, de la lophiolie dorée et de la sabatie de Kennedy et a élaboré le présent plan d’action pour mettre en œuvre le programme de rétablissement, conformément à l’article 47 de la LEP. La ministre responsable de l’Agence Parcs Canada est responsable de l’hydrocotyle à ombelle là où l’espèce se trouve sur des terres administrées par l’APC. Dans la mesure du possible, le plan d’action a été préparé en collaboration avec la province de la Nouvelle-Écosse, l’Équipe de rétablissement de la flore de la plaine côtière de l’Atlantique (FPCA), des organisations environnementales non gouvernementales, des parties concernées de l’industrie, des groupes autochtones et des propriétaires fonciers privés, en vertu du paragraphe 48(1) de la LEP.

Plans de gestion

  • Programme de rétablissement et plan de gestion plurispécifiques pour la flore de la plaine côtière de l’Atlantique au Canada (2010)

    En vertu de l’article 37 de la LEP, le ministre compétent est tenu d’élaborer des programmes de rétablissement à l’égard des espèces inscrites comme étant disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et, en vertu de l’article 65 de la LEP, le ministre compétent est tenu d’élaborer des plans de gestion à l’égard des espèces préoccupantes. Le présent programme de rétablissement et plan de gestion servira également de plan de gestion distinct, comme l’exige la LEP (articles 65-67), pour les espèces désignées préoccupantes en vertu de la LEP qui y sont incluses. La province de la Nouvelle Écosse, Environnement Canada et Agence Parcs Canada ont mené l’élaboration du présent document, qui a été préparé en coopération ou en consultation avec de nombreux autres particuliers et organismes, y compris des organismes non gouvernementaux environnementaux, des intervenants de l’industrie, des peuples autochtones et des propriétaires de terres privées.

Description de la résidence

  • Justification de la résidence - droséra filiforme (2007)

    Les plantes individuelles du droséra filiforme ne semblent pas utiliser un gîte semblable à celui d’un nid ou d’un terrier et ne réunissent donc pas les conditions requises pour être considérées comme ayant une résidence. Il n'y aurait donc aucune autre protection juridique que celle qui est déjà prévue par la protection de l'individu et de son habitat essentiel.