Profil d'espèce

Airelle à longues étamines

Nom scientifique : Vaccinium stamineum
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2000
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Airelle à longues étamines

Airelle à longues étamines Photo 1

Haut de la page

Description

L’airelle à longues étamines est un arbuste à feuilles caduques qui fait partie de la famille des éricacées; elle est aussi apparentée au bleuet et à l’atoca. Il s’agit d’un arbuste étalé, court et droit, dont la hauteur dépasse rarement un mètre. Ses feuilles ovales et alternes sont vert foncé sur le dessus et tirant sur le blanc en dessous et elles ne sont pas dentelées. Les jeunes brindilles sont duvetées, mais avec le temps, elles deviennent lisses et développent une écorce qui s’écaille et ressemble à du papier. L’airelle à longues étamines fleurit au début de l’été. Des grappes de fleurs blanches pendent à partir de longues tiges fines. Le fruit est une baie juteuse, tirant sur le vert ou le bleu, qui tombe lorsqu’il est mûr; il contient quelques graines molles.

Haut de la page

Répartition et population

L’airelle à longues étamines se trouve dans l’Est des États-Unis, depuis l’État de New York, de l’Ohio et du Missouri vers le sud jusqu’en Floride et dans la partie la plus à l’est du Texas. Au Canada, elle se trouve dans le Sud et le Sud-Est de l’Ontario.En 1992, l’airelle à longues étamines se trouvait dans deux zones au Canada : la région de la rivière Niagara, près des chutes Niagara, dans le Sud de l’Ontario, et la région des Mille-Îles, sur le fleuve Saint-Laurent, dans le Sud-Est de l’Ontario. Depuis 1992, une nouvelle population a été découverte près du site où une autre population avait déjà été notée, mais qui avait disparu par la suite. Depuis 2001, six populations sont connues au Canada (deux près de la rivière Niagara et quatre dans la région des Mille-Îles). L’airelle à longues étamines a déjà peut-être été commune dans la région de Niagara lorsqu’elle a été cueillie pour la première fois en 1798. La région a depuis été perturbée par le développement. En raison de sa croissance par clones, la façon la plus facile d’estimer la taille de la population d’airelles à longues étamines est de compter les touffes. Il n’existait auparavant aucune preuve que l’espèce s’étendait dans aucun des sites au Canada. L’estimation de 2001 pour la région de Niagara indique qu’il y a deux touffes d’airelles à longues étamines, la population ayant connu un déclin au cours de la dernière décennie. Dans la région des Mille-Îles, la population avait été estimée à 15 touffes en 2001; elle est considérée relativement stable depuis les années 1960.

Haut de la page

Habitat

L’airelle à longues étamines pousse dans des endroits au Canada où le climat est un des plus chauds et la saison de croissance, une des plus longues au pays. Le climat est modéré toute l’année en raison de la proximité de la rivière Niagara, du fleuve Saint-Laurent et du lac Ontario. Dans ces zones, l’airelle à longues étamines se trouve dans des forêts sèches et ouvertes près de la rivière Niagara et sur les îles du fleuve Saint-Laurent. L’espèce se trouve dans des sols sableux bien drainés, et certains sites ou se trouve l’airelle à longues étamines ont connu des incendies.

Haut de la page

Biologie

La pollinisation de l’airelle à longues étamines se fait par des insectes, et son fruit mûrit habituellement en août. L’arbuste se propage de deux façons : par la dispersion des graines par les oiseaux et les animaux, et par la reproduction végétative depuis son rhizome (une tige souterraine, habituellement horizontale, qui a des racines en dessous et des tiges sur le dessus). Aux États-Unis, l’airelle à longues étamines se trouve souvent dans des endroits qui ont passé au feu. Selon certains, le feu est peut-être un facteur important en ce qui concerne la germination des graines et le contrôle d’autres arbustes et d’arbres qui sont en concurrence avec l’espèce. Au Canada, les populations d’airelles à longues étamines produisent des graines, mais l’établissement de plants n’est pas apparent.

Haut de la page

Menaces

Le facteur limitant principal de l’airelle à longues étamines est inconnu. Le manque de conditions climatiques convenables, la suppression des incendies naturels, le manque de dispersion, un faible taux de recrutement de semences, le manque de diversité génétique de même que la perturbation et la fragmentation de l’habitat sont tous des facteurs qui peuvent jouer un rôle. La région de Niagara est un des endroits les plus développés au Canada. De plus, les populations du parc national des Îles-du-Saint-Laurent et une des populations de la rivière Niagara se trouvent tout près de sentiers très fréquentés; elles sont donc menacées par le piétinement et par l’entretien des sentiers. La population la plus récemment découverte est en péril en raison d’un propriétaire de terre privée qui tond le gazon.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Airelle à longues étamines est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de l’airelle à longues étamines (Vaccinium stamineum) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'Airelle à longues étamines

  • Chris Burns - Président/Contact - Gouv. de l'Ontario
    Tél. : 613-258-8417  Téléc. : 613-258-3920  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent La région du Niagara et celle des Mille-Îles sont les deux habitats de l’airelle à longues étamines de l’Ontario. Ces habitats ont été considérés séparément au cours des activités de rétablissement afin de s’assurer que des initiatives de remise en état spécifique leur soient attribuées. Au parc national des Îles-du-Saint-Laurent, on conscientise les visiteurs à la situation de l’airelle à longues étamines depuis de nombreuses années. Un plan de rétablissement est également en place au parc pour l’airelle à longues étamines, lequel vise, entre autres, à faire croître des plants dans le but de les transplanter, de prendre soin et d’effectuer un contrôle de ces plants. Le programme est modeste, mais réussi et comporte un taux de survie des plants de 73 p. 100 pour la période de 1993 à 2000. Grâce à une recherche génétique à l’échelle du paysage, nous comprenons mieux les moyens de reproduction de l’espèce et sa diversité génétique dans l’ensemble de son aire de répartition. Résumé des activités de recherche et de surveillance L’airelle à longues étamines, et d’autres espèces en péril, sont inventoriées et cartographiées dans les secteurs de la gorge de la rivière Niagara et des Mille-Îles. L’analyse génétique des populations du Niagara et des Mille-Îles est en cours et vise à déterminer le mode de reproduction et les différences génétiques entre les deux populations. Des techniques de propagation expérimentale ont déterminé que l’airelle à longues étamines peut croître facilement à partir de semences. Les boutures d’airelle à longues étamines poussent à l’école de jardinage de la commission des parcs. Le maintien en vie de semis, qui poussent en pot pendant les deux premières années, peut être difficile. Il est essentiel que les jeunes plants reçoivent des soins pendant quelques années avant et après qu’ils soient plantés à leur site permanent. Résumé des activités de rétablissement L’airelle à longues étamines est l’une des nombreuses espèces en péril qui se trouvent dans le plan de remise en état de l’écosystème de la gorge du Niagara. Ce projet vise de nombreuses espèces en péril afin de soutenir l’intégrité écologique de l’écosystème menacé. Des panneaux ont été installés dans la région du Niagara Glen/Whirlpool pour informer les utilisateurs des sentiers à propos des risques que leurs gestes font courir aux espèces en péril se trouvant à proximité, comme l’airelle à longues étamines, et pour encourager l’éthique d’intendance. Les entrées des sentiers sont déplacées de manière à éviter complètement l’habitat de l’airelle à longues étamines et à préserver et à protéger l’habitat connu des espèces en péril. La population autosuffisante des Mille-Îles et son habitat convenable sont maintenus en empêchant que le lotissement et l’urbanisation détruisent davantage la végétation naturelle de la région. La réintroduction et la remise en état du site est en cours au parc national des Îles-du-Saint-Laurent et dans les Parcs historiques nationaux du Niagara. Les semis ont été transplantés avec succès aux îles Grenadier et Lyndoch et sont surveillés de près par le personnel du parc national des Îles-du-Saint-Laurent. Adresse électronique Biodiversité de l’Ontario : Airelle à longues étamines :http://www.rom.on.ca/ontario/risk.php?doc_type=fact&id=26 [en anglais seulement]

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

3 enregistrement(s) trouvé(s).

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de l’airelle à longues étamines (Vaccinium stamineum) au Canada (2010)

    L’airelle à longues étamines (Vaccinium stamineum) est un arbuste colonial de la famille des éricacées et du genre Vaccinium, qui comprend les myrtilles, les bleuets et les canneberges. Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) ainsi que le Comité de détermination du statut des espèces en péril en Ontario (CDSEPO) ont tous deux désigné l’airelle à longues étamines comme « espèce menacée ». L’espèce figure sur la liste des espèces menacées de l’Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada et sur la Liste des espèces en péril en Ontario (Règlement de l’Ontario 230/08).

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada des Mille-Îles (2016)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada des Mille–Îles est un plan d’action établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril (art. 47 de la LEP) pour quatre espèces : carmantine d’Amérique (Justicia americana), noyer cendré (Juglans cinerea), airelle à longues étamines (Vaccinium stamineum) et méné camus (Notropis anogenus). Le plan porte aussi sur les mesures de surveillance et de gestion de 30 autres espèces préoccupantes sur le plan de la conservation qui se trouvent périodiquement dans le parc. Ce plan n’est applicable que dans les terres et les eaux situées à l’intérieur des limites du parc national du Canada des Mille–Îles.

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel