Profil d'espèce

Bruant de Henslow

Nom scientifique : Ammodramus henslowii
Taxonomie : Oiseaux
Distribution : Ontario, Québec
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2011
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Bruant de Henslow

Bruant de Henslow Photo 1

Haut de la page

Description

Le bruant de Henslow est un petit oiseau des prairies. On ne peut distinguer les mâles des femelles par leur apparence. Le dessus de la tête, la nuque et les côtés du cou des adultes sont de couleur vert olive pâle. Il y a deux barres noires sur la tête de l’oiseau, de chaque côté d’une bande pâle. L’espèce a le dos noir et les plumes du dos ont les bouts blancs. Le croupion, les ailes et la queue sont châtain et il y a du noir au milieu des plumes; la poitrine, les côtés et les flancs sont chamois avec des stries noires. Les jeunes Bruants de Henslow ont les parties inférieures chamois sans stries.

Haut de la page

Répartition et population

Le bruant de Henslow ne se reproduit que dans le nord-est des États-Unis et dans le sud du Canada, et il hiverne dans le sud des États-Unis, dans les états de la côte du golfe du Mexique et en Caroline du sud. Au Canada, il est maintenant trouvé dans le sud de l’Ontario. De l’information historique indique que l’espèce se trouvait dans les aires de prairies naturelles et que la déforestation, dans les années 1800, a probablement engendré une expansion de l’aire de répartition pendant un certain temps. Outre le sud de l’Ontario, le bruant de Henslow se trouvait déjà dans le sud-ouest et l’est de l’Ontario et aussi au Québec. Comme il n`y a aucune information sur la taille de la population de l’espèce par le passé; il est très difficile d’estimer la taille actuelle de cette population, mais les données semblent indiquer que l’espèce est en déclin depuis les années 1950. Les bruants de Henslow nichaient dans le sud du Québec jusque vers la fin des années 1960, mais ils sont maintenant considérés comme égarés lorsque trouvés dans cette province. Dans les années 1980, la population au Canada était évaluée à 50 couples au plus. Des recherches approfondies sur l’oiseau ont été menées au début des années 1990. Les données qui en ont résulté semblent indiquer qu’il restait peut-être moins de dix couples à ce moment-là. De récents relevés ont donné le même genre de résultats. En 1998, un oiseau a été observé et au moins un autre se trouvait dans la province. Les relevés les plus récents disponibles en 2001 indiquent qu'il y a de 2 à 3 couples de bruants de Henslow, et la population totale demeure dangereusement petite.

Haut de la page

Habitat

Les bruants de Henslow occupent les champs ouverts. La végétation de ces régions est composée d’herbes hautes parsemées de grandes plantes herbacées ou d’espèces arbustives. Le bruant évite les régions qui ont été broutées ou brûlées. Il préfère les endroits non perturbés où l’herbe est dense et verte avec un épais chaume d’herbes mortes. Il se peut que certains individus se trouvent dans des champs de foin, mais si les foins sont faits tôt dans la saison, les nids sont détruits et les pertes qui en résultent sont importantes. Seuls les endroits qui restent non perturbés pendant plusieurs années semblent être colonisés avec plus de succès. La quantité précise d’habitats convenables restante en Ontario est inconnue.

Haut de la page

Biologie

Les bruants de Henslow mâles arrivent dans les aires de nidification avant les femelles, vers la fin d’avril et au début de mai. L’âge où les bruants de Henslow s’accouplent pour la première fois est inconnu. Leurs nids sont construits au sol. Les couvées comptent de trois à cinq œufs. Plusieurs couples peuvent nicher dans le même champ, formant une petite colonie éparse. L’espèce préfère vivre secrètement dans les hautes herbes et les graminées, et les mâles sont plus facilement aperçus lorsqu’ils vont sur le haut des plantes pour chanter. Leur chant est un court et faible « se-lick » qui fait penser à un son d’insecte.

Haut de la page

Menaces

Le facteur limitant principal est la perte d’habitat, particulièrement la perte d'aires de reproduction et d'aires d'hivernage aux États-Unis. L’habitat convenable du bruant de Henslow disparaît en raison de la transformation des prairies et des pâturages en terres agricoles. Il disparaît aussi en raison de l’utilisation intensive des terres, laissant trop peu de territoire non perturbé pendant certaines périodes de temps. De plus, le drainage des terres humides et des prairies humides, les changements successifs en terres boisées et arbustives où les incendies sont supprimés et l’urbanisation grandissante contribuent tous à la perte de l’habitat de l’espèce. L'espèce est d'autant plus vulnérable du fait que les petites populations habitent des endroits isolés.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Bruant de Henslow est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le Bruant de Henslow est présent dans plusieurs réserves nationales de faune, qui font partie du territoire domanial protégé par la LEP. Le Bruant de Henslow est protégé par la Loi sur les parcs nationaux du Canada lorsqu’il se trouve dans le parc national de la Pointe-Pelée. Il est protégé aussi par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs du gouvernement fédéral. Cette loi interdit de nuire aux adultes, aux jeunes et aux œufs, et de les tuer ou de les collecter. À l’échelle provinciale, il est protégé par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du Bruant de Henslow (Ammodramus henslowii) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Nom : Programme de rétablissement modifié du Bruant de Henslow
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement du Bruant de Henslow

  • Ken Tuininga - Président/Contact - Environnement Canada
    Tél. : 416-739-5895  Téléc. : 416-739-4560  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent Selon le plan de rétablissement du Bruant de Henslow de 1994, la perte des terres herbeuses indigènes est la cause probable du déclin de cette espèce. Ce plan fait toutefois remarquer que certains sites de l’Ontario ont un habitat qui semble encore convenir, mais que les oiseaux ne s’y reproduisent plus. Le plan recommande par conséquent d’effectuer des recherches sur d’autres facteurs (p. ex. la perte de l’habitat d’hivernage, la mortalité entre les saisons de reproduction, les pertes de populations locales dues au petit nombre d’individus dans des endroits isolés et les fluctuations naturelles de la population) qui peuvent aussi toucher cette espèce. L’objectif à long terme du plan de rétablissement consiste à établir une population reproductrice stable ou à la hausse comptant 500 adultes répartis dans différentes colonies partout en Ontario (p. ex. 50 colonies d’au moins 10 oiseaux chacune). Le bruant court toutefois un très grand risque de disparaître du Canada. Une nouvelle équipe de rétablissement en voie de création en 2005 actualisera le programme de rétablissement. Résumé des activités de recherche et de surveillance La population de Bruants de Henslow semble diminuer depuis la fin des années 1990. Un dénombrement a été réalisé dans plusieurs sites historiques en 2002. L’habitat avait considérablement changé et, en 2005, il n’existe plus d’aires de reproduction confirmées en Ontario. Résumé des activités de rétablissement En 1998, un projet de gestion adaptative de l’habitat a été lancé à Ostrander Point, dans le comté Prince Edward. Le tiers à peu près de la superficie à traiter a été fauchée et débroussaillée. En 1999, on a procédé à un recensement des oiseaux afin de déterminer si la fauche et le débroussaillage avaient eu une incidence positive sur le Bruant de Henslow; plusieurs mâles chanteurs ont été entendus en 1999 et de nouveau en 2000, ce qui signifie que, grâce à une gestion soigneuse de l’habitat, cette espèce peut de nouveau se reproduire à cet endroit. En 2001, des activités d’intendance de l’habitat et de sensibilisation ont aussi été lancées pour un habitat que le Bruant de Henslow pourrait utiliser sur la péninsule Bruce.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Bruant de Henslow (Ammodramus henslowii) au Canada (2011)

    Le Bruant de Henslow est un petit oiseau à queue courte (13 cm, de 10 à 15 g) qui se reconnaît à sa tête plate, relativement grosse, de couleur vert olive, à ses ailes et à son dos châtains, et à sa poitrine pâle légèrement striée. Le Bruant de Henslow est considéré comme une espèce indicatrice de l’état des habitats de prairie, qu’il s’agisse des prairies naturelles ou des prairies agricoles qui les ont remplacées dans le sud de l’Ontario et dans l’est et le centre des États-Unis.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Bruant de Henslow (2011)

    Au Canada, cette espèce se trouve de façon sporadique en Ontario et au Québec. La population canadienne de l’espèce est extrêmement petite et varie entre 0 et 25 individus selon l’année. Les populations qui sont dans des parties adjacentes des États-Unis, qui constituent une source probable d’oiseaux pour le Canada, connaissent un déclin. La perte d’habitat est en cours pour cette espèce.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du Bruant de Henslow (Ammodramus henslowii) au Canada (2010)

    Le Bruant de Henslow a été officiellement évalué comme étant une espèce en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en avril 1993, et ce statut a été confirmé en novembre 2000. Cette espèce est également un oiseau migrateur protégé en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, et sa gestion relève de la compétence du gouvernement. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 37), le ministre compétent est tenu d’élaborer un programme de rétablissement à l’égard des espèces inscrites comme disparues du pays, en voie de disparition ou menacées. Environnement Canada, Service canadien de la faune - Ontario, a dirigé l'élaboration du présent programme de rétablissement, qui constitue une mise à jour du Plan national de rétablissement du Bruant de Henslow (Austen et al. 1997), en collaboration avec la province de l’Ontario. La province de l’Ontario a examiné le présent programme de rétablissement et a appuyé son affichage. En 2006, le programme de rétablissement a été affiché sous forme de proposition pour une période de commentaires de 60 jours dans le Registre public des espèces en péril. Des commentaires ont été reçus et sont traités s’il y a lieu dans la présente version finale. Le Programme de rétablissement du Bruant de Henslow (Ammodramus henslowii) au Canada (Environnement Canada, 2010) a été affiché le 18 août 2010. Ce programme de rétablissement a été modifié dans le but d’ajouter une référence omise dans la section Références.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (2016)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe-Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara s’applique aux terres et aux eaux situées à l’intérieur des limites des deux sites : le parc national du Canada de la Pointe-Pelée (PNPP) et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (LHNN). Ce dernier terme est utilisé pour désigner collectivement deux endroits de la région du Niagara qui comprennent trois lieux historiques nationaux, soit le lieu historique national du Canada du Fort-George, le lieu historique national du Canada du Champ-de-Bataille-du-Fort-George et le lieu historique national du Canada des Casernes-de-Butler. Le présent plan satisfait aux exigences concernant les plans d’action fixées dans la Loi sur les espèces en péril (LEP; article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Les mesures décrites dans le plan vont également entraîner des avantages pour d’autres espèces régulièrement présentes dans le PNPP et les LHNN pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Description de la résidence

  • Description de la résidence du bruant de Henslow (ammodramus henslowii) au Canada (2007)

    L'article 33 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) interdit d’endommager ou de détruire la résidence d’une espèce inscrite comme menacée, en voie de disparition ou disparue du pays. La LEP définit la résidence comme suit : Gîte – terrier, nid ou autre aire ou lieu semblable – occupé ou habituellement occupé par un ou plusieurs individus pendant tout ou partie de leur vie, notamment pendant la reproduction, l’élevage, les haltes migratoires, l’hivernage, l’alimentation ou l’hibernation [paragraphe 2(1)]. Préface mise à jour le 17 mai 2017.