Profil d'espèce

Iris du Missouri

Nom scientifique : Iris missouriensis
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Alberta
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Iris du Missouri

Iris du Missouri Photo 1

Haut de la page

Description

L‘iris du Missouri est une vivace de la famille des Iridacées qui vit longtemps. Ses tiges florifères portent de deux à quatre fleurs voyantes de couleur variant de bleu pâle ou lavande à bleu nuit; on trouve aussi à l’occasion une forme rare de l’espèce aux fleurs blanches. La fleur présente des veines violettes rayonnant à partir d’une tache jaune pubescente sur chacun des trois sépales qui sont recourbés vers l’extérieur et étalés. Les trois pétales et les trois styles sont dressés ou légèrement courbés vers l’extérieur. Les fleurs d’un individu fleurissent l’une après l’autre sur une tige souvent sans feuille ou qui en porte parfois une. Les feuilles gladiées, longitudinalement pliées, d’un bleu–vert pâle, prennent naissance à la base de la tige, qui atteint une hauteur de 30 à 60 cm. Le nom anglais de l’espèce est Western Blue Flag, mais on l’appelle aussi parfois Rocky Mountain Iris. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Répartition et population

L’iris du Missouri est une espèce nord–américaine très répandue dans l’ouest des États–Unis. Au Canada, les occurrences les plus au nord de l’espèce se trouvent à un site dans le parc national Banff (Alberta) et à quelques sites près de Calgary. Toutefois, ces occurrences sont d’origine inconnue et semblent se trouver à l’extérieur de l’aire de répartition indigène de l’espèce au Canada, laquelle couvre une étroite bande près de la frontière canado–américaine, depuis la partie ouest du chaînon de la rivière Milk jusqu’à l’ouest de Carway (Alberta). Au total, il existe 17 populations documentées, dont seulement 10 sont considérées comme indigènes. On estime que les sept populations suivantes se trouvent à l’extérieur de l’aire de répartition indigène, et elles ne sont donc pas visées par l’évaluation : les populations existantes de Fort Macleod, de l’aéroport de Calgary, du parc national Banff et du lac Park qui sont d’origine inconnue, la population introduite du lac Frank qui persiste et les deux populations disparues à l’Université de Calgary et à Picture Butte. On croyait que l’espèce était présente en Colombie–Britannique, mais on considère maintenant que les spécimens en question appartiennent à une autre espèce, soit l’Iris setosa Pallas ex Link. Les 17 populations indigènes, introduites ou d’origine inconnue de l’espèce au Canada s’étendent sur une superficie d’environ 22 000 km²qui s’étend de la frontière canado–américaine jusqu’à Calgary et au parc national Banff. Toutefois, l’aire de répartition des 10 populations indigènes près de la frontière canado–américaine ne couvre qu’une superficie d’environ 250 km². La plupart du territoire situé entre les populations indigènes et celles situées plus au nord n’est pas propice à l’espèce, et la superficie d’habitat effectivement occupé par les individus indigènes ne se chiffre qu’à 3 km² environ. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Habitat

Les populations indigènes de l’iris du Missouri se trouvent dans les sous–régions naturelles de la prairie à fétuques du piémont et de la prairie–parc du piémont de l’Alberta. Certaines populations d’origine inconnue se trouvent dans d’autres sous–régions naturelles, notamment la sous–région de la prairie mixte (lac Park et Fort McLeod) et la sous–région montagnarde (Banff). L’habitat de prédilection de l’iris du Missouri consiste en une étroite zone de transition entre des prés humides ou mouillés ou des sources d’infiltration et des pentes plus sèches. Il occupe habituellement un terrain plat ou légèrement en pente contenant beaucoup d’humidité sous la surface. Le sol est humide au printemps, mais il est bien drainé et s’assèche au milieu de l’été. L’iris du Missouri pousse souvent près de fourrés de saules autour de dépressions humides; certaines de ses stations sont situées dans des zones sèches de communautés de fétuques scabres. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Biologie

L’espèce se propage par voies sexuée et asexuée. Ses rhizomes ramifiés à croissance linéaire lui permettent de tolérer le piétinement et de s’étendre rapidement lorsqu’on enlève la végétation concurrente. Ses graines lisses et brun foncé sont contenues dans une capsule triloculaire et peuvent être dispersées par le vent, l’eau et d’autres vecteurs. L’espèce a une période de germination de deux à trois mois et fleurit dans sa deuxième ou troisième année. Les fleurs apparaissent de la mi–juin jusqu’au début de juillet en Alberta et sont adaptées à la pollinisation par les abeilles. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Menaces

La perte d’habitat (notamment l’altération et la fragmentation des paysages), la concurrence d’espèces introduites ou envahissantes, la pression de pâturage, la modification de l’hydrologie, la cueillette à des fins horticoles ou médicinales et l’utilisation d’herbicides constituent les principaux facteurs limitatifs et menaces pour l’iris du Missouri. L’espèce profite d’un pâturage léger à modéré. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Une population se trouve dans un parc provincial et bénéficie donc d'une certaine protection, mais elle est menacée par des espèces introduites. (Mise à jour 2006/04/02)

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Plan de gestion de l’iris du Missouri (Iris missouriensis) au Canada
État d'avancement : Versions proposées affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'Iris du Missouri

  • Richard Quinlan - Président/Contact - Gouv. de l'Alberta
    Tél. : 403-381-5397  Téléc. : 403-381-5723  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent Le plan de l’Alberta portant sur le rétablissement et le maintien de l’iris du Missouri au Canada a été publié en avril 2002. Le plan se caractérise par la collaboration et la participation volontaire, la participation des intervenants aux décisions de gestion, la protection d’une espèce menacée dans un paysage d’élevage durable ainsi que la gestion du paysage bénéfique pour de multiples espèces des terres herbeuses indigènes. L’avancement de la mise en œuvre du plan d’action qui fait partie du plan de rétablissement et de maintien est actuellement évalué. Résumé des activités de recherche et de surveillance Des populations d’iris du Missouri existantes et récemment découvertes font actuellement l’objet d’un inventaire. Résumé des activités de rétablissement Huit plans de gestion ont été mis en place afin de protéger l’iris du Missouri et d’autres espèces animales et végétales des parcours naturels. Les activités comprennent une variété d’améliorations dans plusieurs propriétés. Plusieurs activités de sensibilisation du public et de recherche prévues dans le cadre du plan de l’Alberta portant sur le rétablissement et le maintien de l’iris du Missouri sont en cours. Le programme de conservation de l’iris du Missouri se poursuit, mais il a été intégré au MULTISAR, l’initiative de conservation multi-espèces pour les espèces en péril. Adresses électroniques L’iris du Missouri :http://raysweb.net/specialplaces/pages/flag.html Gouvernement de l’Alberta : Iris du Missouriwww.srd.gov.ab.ca/fw/threatsp/wbf_man.html Alberta, Naturally : Iris du Missouriwww.abheritage.ca/abnature/speciesatrisk/blue_flag_intro.htm MULTISAR :www.multisar-milkriverbasin.com/

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'iris du Missouri(Iris missouriensis) au Canada (2010)

    L‘iris du Missouri est une vivace de la famille des Iridacées qui vit longtemps. Ses tiges florifères portent de deux à quatre fleurs voyantes de couleur variant de bleu pâle ou lavande à bleu nuit; on trouve aussi à l’occasion une forme rare de l’espèce aux fleurs blanches. La fleur présente des veines violettes rayonnant à partir d’une tache jaune pubescente sur chacun des trois sépales qui sont recourbés vers l’extérieur et étalés. Les trois pétales et les trois styles sont dressés ou légèrement courbés vers l’extérieur. Les fleurs d’un individu fleurissent l’une après l’autre sur une tige souvent sans feuille ou qui en porte parfois une. Les feuilles gladiées, longitudinalement pliées, d’un bleu-vert pâle, prennent naissance à la base de la tige, qui atteint une hauteur de 30 à 60 cm. Le nom anglais de l’espèce est Western Blue Flag, mais on l’appelle aussi parfois Rocky Mountain Iris.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • COSEPAC - Sommaire de l’évaluation et Rapport de situation : L'iris du Missouri Iris missouriensis (2010)

    Sommaire de l’évaluation – Avril 2010 Nom commun Iris du Missouri Nom scientifique Iris missouriensis Statut Préoccupante Justification de la désignation Cette plante vivace remarquable est présente à dix sites indigènes ainsi qu’à quelques sites où elle semble avoir été introduite. Elle se trouve principalement dans les prairies du sud de l’Alberta. Plusieurs nouvelles populations ont été découvertes depuis la dernière évaluation de l’espèce. La superficie occupée et la taille de la population totale des plants indigènes sont maintenant connues comme étant plus grandes que déterminées antérieurement. La population canadienne totale semble stable, mais sa taille fluctue. L’espèce est vulnérable à la compétition constante de plantes envahissantes, mais le piétinement dans les endroits faisant l’objet d’un important pâturage a grandement été atténué par les mesures de rétablissement. Répartition Alberta Historique du statut Espèce désignée « menacée » en avril 1990. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « préoccupante » en avril 2010.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Iris du Missouri (2010)

    Cette plante vivace remarquable est présente à dix sites indigènes ainsi qu’à quelques sites où elle semble avoir été introduite. Elle se trouve principalement dans les prairies du sud de l’Alberta. Plusieurs nouvelles populations ont été découvertes depuis la dernière évaluation de l’espèce. La superficie occupée et la taille de la population totale des plants indigènes sont maintenant connues comme étant plus grandes que déterminées antérieurement. La population canadienne totale semble stable, mais sa taille fluctue. L’espèce est vulnérable à la compétition constante de plantes envahissantes, mais le piétinement dans les endroits faisant l’objet d’un important pâturage a grandement été atténué par les mesures de rétablissement.

Plans de gestion

  • Plan de gestion de l’iris du Missouri (Iris missouriensis) au Canada (2017)

    La ministre de l’Environnement et du Changement climatique est le ministre compétent en vertu de la LEP à l’égard de l’iris du Missouri et a élaboré ce plan de gestion, conformément à l’article 65 de la LEP. Dans la mesure du possible, le plan de gestion a été préparé en collaboration avec la Province de l’Alberta, en vertu du paragraphe 66(1) de la LEP.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2011)

    Sur recommandation du ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2012)

    L’objet du Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril est d’ajouter 18 espèces à l’annexe 1, la Liste des espèces en péril (la Liste), et de changer la classification de 7 espèces inscrites, aux termes du paragraphe 27(1) de la LEP. Cette modification est proposée à la suite de la recommandation du ministre de l’Environnement à la lumière d’évaluations scientifiques qu’a faites le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), et à la suite de consultations tenues auprès des gouvernements, des peuples autochtones, des intervenants et du public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 (2010)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, la fonction première du COSEPAC est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu’il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l’évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages et a revu le statut de 79 espèces (espèces, sous-espèces, populations). Lors de la réunion de novembre 2009, le COSEPAC a évalué ou revu le statut de 28 espèces sauvages. À sa réunion d’avril 2010, le Comité a évalué ou revu la classification de 51 espèces sauvages additionnelles (espèces, sous-espèces, populations). Le COSEPAC a revu la classification de 32 espèces sauvages déjà inscrites à l’annexe 1 de la LEP et leur statut a été confirmé (disparue du pays - espèce ne vivant plus à l’état sauvage au pays, mais qu’on trouve ailleurs -, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2009-2010 sont les suivants : Disparues du pays : 6 En voie de disparition : 39 Menacées : 16 Préoccupantes : 17 Données insuffisantes : 1 Le présent rapport présente au ministre le statut de 46 espèces nouvellement désignées comme disparues du pays, en voie de disparition, menacées ou préoccupantes et remplit les obligations du COSEPAC stipulées aux articles 25 et 26 de la Loi sur les espèces en péril. Un résumé complet et détaillé de l’évaluation de chaque espèce et la justification de la désignation de chacune d’entre elles se trouvent à l’annexe I du rapport. Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 602 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 262 en voie de disparition, 151 menacées, 166 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 13 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 46 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 166 espèces ont été désignées comme « non en péril ». L’année en cours a été particulièrement productive pour le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) du COSEPAC. En avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices des procédures et des protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones. Ces lignes directrices établissent des principes clairs ayant été convenus quant à la collecte de connaissances traditionnelles autochtones dans l’accomplissement de la mission du COSEPAC prescrite au paragraphe 15(2) de la LEP (voir l’annexe III du rapport ci-joint). Nous sommes reconnaissants aux aînés des collectivités et aux experts pour l’aide généreuse et l’enthousiaste qu’ils ont apportés au Sous-comité dans la préparation des protocoles sur les CTA.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Novembre 2010 (2010)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 février 2011 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 4 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017