Profil d'espèce

Camassie faux-scille

Nom scientifique : Camassia scilloides
Autres noms/noms précédents : Jacinthe des bois
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2002
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Camassie faux-scille

Camassie faux-scille Photo 1
Camassie faux-scille Photo 2

Haut de la page

Description

La camassie faux-scille est une plante bulbeuse et voyante, à floraison printanière, de la famille des Liliacées. Ses fleurs sont bleues, violet bleuâtre ou blanches, de forme étoilée, et comportent six pétales et des anthères jaune vif (les anthères sont les organes mâles de la fleur, qui produisent le pollen). L’inflorescence se forme sur une tige de 25 à 70 cm et compte de 5 à 100 fleurs (généralement entre 15 et 35). La tige est entourée de petites feuilles minces à sa base. Des fleurs de différentes couleurs peuvent être présentes dans une même population.

Haut de la page

Répartition et population

La camassie faux-scille se rencontre depuis le sud-ouest des États-Unis jusqu’à la vallée du Mississippi et au bassin des Grands Lacs. La limite nord de son aire de répartition se situe dans les îles du lac Érié, en Ontario (comté d’Essex). À l’heure actuelle, six populations de camassie faux-scille sont connues au Canada. Selon les estimations de 1998 et de 2001, cinq d’entre elles sont importantes, comptant 2 000 à 5 000 individus, ou davantage, et ces populations semblent stables. La sixième population a perdu 15 p. 100 de son effectif antérieur, et une septième population est disparue récemment. Le déclin de ces deux dernières populations est dû aux dommages causés par les excréments qui tombent des nids de cormorans (voir la section « Menaces » ci-dessous). Deux autres populations ont déjà été signalées en Ontario et elles ont été détruites par la construction de maisons.

Haut de la page

Habitat

La camassie faux-scille pousse dans les forêts de feuillus et les broussailles d’aubépines, à sol riche en matière organique et à substrat calcaire situé près de la surface. La plante a besoin d’une longue saison de végétation. Le climat doit être chaud et humide au printemps, mais sec en été.

Haut de la page

Biologie

La camassie faux-scille fleurit vers le milieu du printemps, lorsque les insectes pollinisateurs abondent. Dès le milieu de l’été, les fleurs sont fanées et les tiges sont couchées sur le sol. À la fin de l’été, la plante est complètement camouflée par la végétation environnante. L’espèce se multiplie généralement au moyen de ses graines, mais elle peut également être cultivée à partir de bulbes. Les capsules s’ouvrent alors qu’elles se trouvent encore sur la tige, dispersant leurs graines autour de la plante. Les graines ne semblent pas attirer les fourmis et les autres insectes qui pourraient les transporter plus loin. Les plantes poussent en colonies assez denses, mais on ne sait pas quel mécanisme est à l’origine des nouvelles colonies. Chaque individu vit habituellement plu de vingt ans, et les colonies sont formées de individus d’âges divers. Les bulbes, riches en amidon, sont comestibles et ont vraisemblablement été une source de nourriture pour les autochtones et les premiers colons européens.

Haut de la page

Menaces

La camassie faux-scille est menacée de perdre son habitat à cause de la construction de maisons et de chalets. De grandes colonies de cormorans nicheurs ont causé la disparition récente d’une population et ont gravement nui à une autre. Ces colonies de cormorans ont connu une croissance énorme au cours des dernières années, ce qui a eu une incidence directe sur l’habitat. Les cormorans font mourir une bonne partie de la végétation (y compris les arbres où ils nichent), et leurs excréments, riches en nutriments, permettent la croissance de populations denses de mauvaises herbes.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Camassie faux-scille est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Aucune loi ontarienne ne protège la camassie faux-scille. La population de l’île Middle du lac Érié se trouve sur les terres du parc national de la Pointe-Pelée, mais elle est gravement menacée par les cormorans nicheurs. D’autres populations se trouvent sur des terres appartenant au ministère des Richesses naturelles de l’Ontario ou à l’Office de protection de la nature de la région d’Essex.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la camassie faux-scille (Camassia scilloides) au Canada
État d'avancement : Versions proposées affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement pour les Plantes des régions boisées caroliniennes

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - camassie faux scille (2002)

    Espèce désignée « préoccupante » en avril 1990. La situation a été réexaminée, et l'espèce est passée à la catégorie de risque plus élevé « menacée » en mai 2002. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d'un rapport de situation.

Énoncés de réaction

  • Énoncés de réaction - Camassie faux-scille (2004)

    Un énoncé de réaction est un document de communication qui identifie la façon dont le Ministre de l'environnement a l'intention de répondre à l'évaluation d'une espèce par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce document est un point de départ au processus de listage et de rétablissement pour les espèces identifiées comme étant en péril, il fournit aussi des échéanciers dans la mesure du possible.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la camassie faux-scille (Camassia scilloides) au Canada (2015)

    Le ministre de l’Environnement et ministre responsable de l’Agence Parcs Canada est le ministre compétent en vertu de la LEP de la camassie faux-scille et a élaboré la composante fédérale (partie 1) du programme de rétablissement, conformément à l’article 37 de la LEP. L’article 44 de la LEP autorise le ministre à adopter en tout ou en partie un plan existant pour l’espèce si ce plan respecte les exigences de contenu imposées par la LEP au paragraphe 41(1) ou 41(2). Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario a dirigé l’élaboration du Programme de rétablissement de la camassie faux-scille présenté en pièce jointe (partie 2), en collaboration avec Environnement Canada et l’Agence Parcs Canada.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (2016)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe-Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara s’applique aux terres et aux eaux situées à l’intérieur des limites des deux sites : le parc national du Canada de la Pointe-Pelée (PNPP) et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (LHNN). Ce dernier terme est utilisé pour désigner collectivement deux endroits de la région du Niagara qui comprennent trois lieux historiques nationaux, soit le lieu historique national du Canada du Fort-George, le lieu historique national du Canada du Champ-de-Bataille-du-Fort-George et le lieu historique national du Canada des Casernes-de-Butler. Le présent plan satisfait aux exigences concernant les plans d’action fixées dans la Loi sur les espèces en péril (LEP; article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Les mesures décrites dans le plan vont également entraîner des avantages pour d’autres espèces régulièrement présentes dans le PNPP et les LHNN pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluation faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (2004)

    Par le décret, la gouverneure en conseil accuse réception des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (2005)

    L'annexe 1, la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP), est modifiée par décret du gouverneur en conseil, à la suite de la recommandation du ministre de l'Environnement, par l'ajout de 73 espèces. Ce décret est fondé sur des évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et suit les consultations avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les peuples autochtones, les intervenants et le public, ainsi que l'analyse des coûts et des avantages pour les Canadiennes et les Canadiens.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : mars 2004 (2004)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 17 mars 2017