Profil d'espèce

Tétras des armoises de la sous-espèce phaios

Nom scientifique : Centrocercus urophasianus phaios
Autres noms/noms précédents : Tétras des armoises (Population de la Colombie-Britannique)
Taxonomie : Oiseaux
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2008
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue du pays
Statut de la LEP : Annexe 1, Disparue du pays


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition du pays | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Tétras des armoises de la sous-espèce phaios

Tétras des armoises de la sous-espèce phaios Photo 1

Haut de la page

Description

Les parties supérieures du Tétras des armoises sont surtout gris brunâtre, et son ventre noirâtre. Sa longue queue pointue est noire et blanche, et le dessous de ses ailes est blanchâtre. C’est le plus gros des tétras du Canada. Les mâles adultes sont plus gros et plus lourds que les femelles, pesant d’habitude 2,3 kg environ et atteignant en moyenne 75 cm de longueur. Les mâles adultes affichent aussi une bande blanche à la gorge et une large bavette de plumes blanches hérissées qui dissimule des sacs à air jaunâtres. Les femelles et les jeunes mâles sont semblables, mais leurs couleurs sont moins voyantes.

Haut de la page

Répartition et population

Le Tétras des armoises fréquente surtout les aires de répartition nord-américaines de l’armoise argentée et de la grande armoise. Il est très commun maintenant dans le sud-ouest du Colorado, surtout dans la région du bassin Gunnison. L’aire de répartition canadienne s’étend de la région de la rivière Milk, dans le sud-est de l’Alberta, à la région de Wood Mountain, dans le sud de la Saskatchewan. Avant qu’elles ne disparaissent, il y avait des populations en Colombie-Britannique, dans les vallées de l’Okanagan et de la Similkameen. Cette espèce est disparue aussi du Nebraska, au Nouveau-Mexique et de l’Oklahoma. Il est possible qu’il y ait eu de huit à dix millions de Tétras des armoises dans toute son aire de répartition avant la colonisation européenne. L’espèce n’a probablement jamais été commune en Colombie-Britannique. Le déclin de cet oiseau est imputé à la chasse excessive et à la perte de l’habitat, surtout provoquée par l’utilisation des plaines d’armoises pour l’agriculture. Le dernier Tétras des armoises naturellement présent en Colombie-Britannique a vraisemblablement été abattu en 1918. Des tentatives de réintroduction faites en 1958 n’ont pas eu de succès. Aucune observation confirmée de cet oiseau n’a été effectuée en Colombie-Britannique depuis 1966. Selon les estimations de 2000, il y avait en Alberta environ 560 oiseaux, dont 126 mâles, à 8 arènes de reproduction. La population de la Saskatchewan a été estimée en 2000 à 550 oiseaux, dont 124 mâles, à 11 arènes. La population est à la hausse en Alberta et les populations de la Saskatchewan ont quelque peu augmenté par rapport aux bas niveaux records et sont restées relativement stables au cours des cinq dernières années.

Haut de la page

Habitat

Cette espèce a besoin d’armoises dans son habitat de nidification et d’hivernage. Un couvert de haute qualité est essentiel pour la nidification et l’élevage des couvées. La répartition canadienne fait partie de l’écorégion des prairies mixtes dominées par les graminées, le boutelou gracieux, l’agropyre et le pâturin des prés. Des sols tchernoziomes bruns de texture moyenne ou fine caractérisent les prairies mixtes. Pour les arènes de reproduction (où le mâle fait sa parade nuptiale pendant la saison de reproduction), le Tétras des armoises préfère les zones à la végétation clairsemée. Les couvées utilisent les prairies et les armoises argentées près des lieux de nidification pendant au maximum quatre semaines après qu’elles ont éclos. Elles s’installent ensuite dans un habitat d’herbacées succulentes, près de l’eau. La quantité d’armoises dans l’alimentation des couvées augmente à mesure qu’elles vieillissent; à l’automne, elles se déplacent vers des habitats dominés par les armoises.

Haut de la page

Biologie

Les Tétras des armoises mâles se rassemblent en avril et en mai pour former des arènes de reproduction, sites traditionnels dans lesquels les mâles paradent en commun pour attirer les femelles en vue de l’accouplement. Pendant la parade, les mâles se pavanent, la queue érigée et en éventail, gardent les ailes rigides, celles-ci touchant presque le sol, et gonflent les sacs de leur cou, puis les vident pour produire un bruit sec et sonore. Les mâles les plus dominants occupent le centre de l’arène et réussissent aussi à s’accoupler plus souvent que leurs homologues plus timides. Le succès de la reproduction dépend aussi de l’âge et de la santé des mâles. Les testicules des oiseaux juvéniles ne sont pas aussi développés et leur production de sperme est plus faible que celle des adultes mâles. Les oiseaux ayant des poux piqueurs ou étant atteints de malaria aviaire ont moins de chances d’être choisis que les mâles en santé. De 10 % à 15 % seulement des mâles s’accouplent. Cette espèce est polygame. Les femelles commencent à nicher peu après l’accouplement. Les nids sont en général situés sous des plants d’armoises. Les couvées comptent en moyenne de 7 à 9 œufs, mais les femelles peuvent en pondre 12. Les œufs sont pondus à intervalles de 1,3 jour. L’incubation dure de 25 à 27 jours. Les oisillons quittent en général le nid dans l’heure qui suit l’éclosion.

Haut de la page

Raison de la disparition du pays

Les conditions climatiques peu clémentes, la dégradation de l’habitat et la transformation de l’habitat sont les principaux facteurs limitatifs pour cette espèce. La chasse, les exploitations pétrolières et gazières ainsi que les collisions avec les clôtures, les véhicules agricoles et les poteaux électriques jouent aussi un rôle. Les parasites et les prédateurs (Aigles dorés, lynx roux, belettes, chats domestiques et coyotes) lui nuisent aussi. Le ténia cause 59 % de la mortalité juvénile. L’utilisation des pesticides est un facteur, surtout aux États-Unis. Le pâturage excessif a probablement joué un rôle dans la diminution de la sous-espèce en Colombie-Britannique.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Tétras des armoises de la sous-espèce phaios est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme national de rétablissement pour le Tétras des armoises de la sous-espèce phaios (Centrocercus urophasianus phaios)
État d'avancement : Pas amorcé

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

13 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Évaluation du COSEPAC sur le Tétras des armoises Centrocercus urophasianus au Canada sous-espèce phaios (populations des Prairies et de la Colombie-Britannique) (2000)

    Population des Prairies – Espèce conditionnellement désignée « menacée » en avril 1997. Réexamen du statut : l’espèce a été désignée « en voie de disparition » en avril 1998, à partir d’un rapport de situation révisé. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000. Dernière évaluation fondée sur un rapport de situation existant. Population de la Colombie-Britannique : Aucune observation depuis les années 1960. Espèce désignée « disparue du pays » en avril 1997. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000. Dernière évaluation fondée sur un rapport de situation existant.
  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - Tétras des armoises, de la sous-espèce phaios et la sous-espèce urophasianus (2008)

    Tétras des armoises de la sous-espèce phaios – population de la Colombie-Britannique Aucune observation depuis les années 1960. Espèce désignée « disparue du pays » en avril 1997. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000 et en avril 2008. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d’un rapport de situation. Tétras des armoises de la sous-espèce urophasianus – population des prairies Espèce conditionnellement désignée « menacée » en avril 1997. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en avril 1998, à partir d'un rapport de situation révisé. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000 et en avril 2008. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d’un rapport de situation.

Énoncés de réaction

Programmes de rétablissement

Décrets

  • Décret d’urgence visant la protection du tétras des armoises (2014)

    L’objectif du Décret d’urgence visant la protection du Tétras des armoises émis en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) consiste à répondre aux menaces imminentes qui pèsent sur la survie et le rétablissement du Tétras des armoises, y compris par la protection de l’habitat identifié dans le décret, pour aider à stabiliser la population et commencer son rétablissement.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2007 - 2008 (2008)

    Le rapport annuel de 2008 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Fiches d'information

  • Le Tétras des armoises (2013)

    Le Tétras des armoises est un grand oiseau qui vit au sol. La partie supérieure de son corps est finement marquée de brun, de noir, de beige et de blanc; son flanc est noir et sa longue queue, pointue. Il s’agit du plus gros des tétras en Amérique du Nord. À l’intérieur du plumage blanc de la poitrine du Tétras des armoises mâle se dissimulent deux grands sacs aériens qui se gonflent et se dégonflent au moment de sa spectaculaire parade nuptiale.
  • Les producteurs agricoles et le programme de rétablissement du tétras des armoises (2015)

    Le rétablissement du tétras des armoises repose sur la participation des producteurs agricoles, des intervenants locaux et de tous les ordres de gouvernement. Pour sa part, le gouvernement du Canada procède à l’élaboration d’un programme de rétablissement qui constitue en fait un document de planification décrivant l’état actuel des connaissances scientifiques sur les menaces qui pèsent sur cette espèce et l’habitat essentiel à la survie et au rétablissement du tétras des armoises. Le programme de rétablissement décrit également des mesures qui pourraient être prises pour freiner le déclin des populations de tétras des armoises. Les mesures d’intendance volontaires prises par les producteurs agricoles sont essentielles au rétablissement de l’espèce, et le gouvernement du Canada a prévu une aide pour financer des mesures recommandées dans le programme de rétablissement.
  • Résumé et questions et réponses : Décret d’urgence visant la protection du Tétras des armoises (2013)

    L'objectif du Décret d'urgence visant la protection du Tétras des armoises émis en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) consiste à répondre aux menaces imminentes qui pèsent sur la survie et le rétablissement du Tétras des armoises pour aider à stabiliser la population et commencer son rétablissement. Le but du gouvernement du Canada est d'obtenir la meilleure protection pour le Tétras des armoises tout en réduisant au minimum les répercussions sur les propriétaires fonciers et les producteurs agricoles. Le décret d’urgence entrera en vigueur le 18 février 2014. Les interdictions énoncées dans le décret d’urgence ne s’appliquent qu’à l’habitat du Tétras des armoises situé sur des terres publiques fédérales et provinciales du sud-est de l’Alberta et du sud-ouest de la Saskatchewan. Le pâturage ne sera pas visé par le décret d’urgence. Dans les secteurs où le pâturage peut être modifié de sorte à améliorer l’habitat du Tétras des armoises, le gouvernement du Canada offrira, par le biais de divers programmes, notamment le Programme d’intendance de l’habitat pour les espèces en péril, de solides incitatifs pour la prise de mesures d’intendance volontaires.

Renseignements connexes

  • Information sur le Programme de rétablissement et décret d'urgence du tétras des armoises (2014)

    Le tétras des armoises est une espèce d’oiseau menacée qui dépend de l’écosystème unique des prairies de l’Alberta et de la Saskatchewan. En 2012, on estimait qu’il ne restait que 100 adultes au Canada. Les populations ont chuté de 98 % depuis 1988. Le plan qu’entend mettre en œuvre le gouvernement du Canada pour le rétablissement de l’espèce comprend un décret de protection d’urgence, mettant l’accent sur les menaces imminentes qui pèsent sur la survie de l’espèce, le programme de rétablissement modifié, qui vise à orienter les activités d’intendance volontaires recommandées entourant l’habitat du tétras des armoises, et un programme conjoint avec le zoo de Calgary ayant pour but de reproduire et d’élever cette espèce afin d’accroître les populations à l’état sauvage.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 17 mars 2017