Profil d'espèce

Cimicaire élevée

Nom scientifique : Actaea elata
Autres noms/noms précédents : Cimicifuga elata
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2001
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Cimicaire élevée

Cimicaire élevée Photo 1
Cimicaire élevée Photo 2

Haut de la page

Description

La Cimicaire élevée est une plante d’ombre vivace, à larges feuilles, et qui mesure entre 1 et 2 m de haut. Elle possède un rhizome horizontal, foncé et tubéreux. L’inflorescence est simple ou composée de 50 à 900 petites fleurs blanches serrées. Chaque follicule (fruit) contient environ 10 graines allant du rouge au brun pourpre.

Haut de la page

Répartition et population

L’espèce se trouve depuis le sud-ouest de l’Oregon et l’ouest de l’état de Washington, et, vers le nord, jusqu’au sud-ouest de la Colombie-Britannique, où on la trouve de façon sporadique dans la vallée de la rivière Chilliwack seulement. Elle se trouve également à l’ouest des chaînes de montagnes Côtière et des Cascades en C.-B. et dans l’état de Washington, mais au sein de la chaîne de montagnes dans le sud-ouest de l’Oregon.Au Canada, à part une population historique et deux populations non vérifiées, on a récemment confirmé la présence de sept populations de cimicaires élevées, toutes dans la vallée de la rivière Chilliwack. Ces populations sont relativement petites, comptant entre 1 et 63 plantes.

Haut de la page

Habitat

La Cimicaire élevée croît dans des forêts mixtes d’âge mûr, ombragées et humides, composées de cèdres rouges de l’ouest, de pruches du Canada et de Douglas taxifoliés, mais on la trouve aussi dans des boisés composés principalement d’arbres à feuilles caduques. Ces derniers jouent un rôle extrêmement important, assurant un équilibre parfait d’ombre et de lumière, tout en retenant l’humidité.

Haut de la page

Biologie

Aucune information n’est disponible sur la biologie de la Cimicaire élevée en Colombie-Britannique; toutefois des études liées à l’écologie de la pollinisation et à la structure génétique des populations ont été menées dans l’état de Washington et en Oregon. Le pourcentage de germination est faible et les semences sont lourdes et dépourvues de mécanisme de dispersion spécialisé. Les plantes apparaissent au printemps et fleurissent du milieu à la fin de juin, en juillet ou même en août. L’espèce est pollinisée par des insectes, surtout des abeilles solitaires, quoique la plante ne semble pas être bien adaptée pour ce genre de pollinisation parce que ses fleurs n’ont pas de nectar ni de corolles voyantes (pétales) ou de marques particulières pour attirer les insectes. Cependant, les fleurs éclosent les unes à la suite des autres, ce qui facilite la pollinisation croisée.

Haut de la page

Menaces

La Cimicaire élevée est limitée par certaines caractéristiques intrinsèques à la plante, et sa survie à long terme est incertaine en raison des régimes de l’exploitation forestière actuels. La plante se trouve dans de petites populations qui sont réparties de façon sporadique, elle est beaucoup moins attirante pour les pollinisateurs que d’autres plantes à fleurs et elle est dépourvue de tout mécanisme de dispersion des semences.Les populations extrêmement petites sont susceptibles à une faible diversité génétique et risquent de disparaître. De plus, l’espèce, qui est absente des boisés aménagés âgés de 15 à 30 ans, est menacée par la fragmentation des forêts.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Cimicaire élevée est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la cimicaire élevée (Actaea elata) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement du Cimicaire élevée

  • Kym Welstead - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 604-582-5279  Téléc. : 604-930-7119  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent Une équipe de rétablissement a été créée en 2002 pour cette espèce. Un programme de rétablissement provisoire a été produit. Ce programme recommande d’effectuer des travaux sur le terrain pour repérer d’autres populations, de coordonner la planification de la conservation avec les titulaires de permis forestiers afin d’assurer la protection maximale des populations connues et d’effectuer d’autres recherches afin de mieux comprendre la pollinisation et l’écologie de la dispersion de cette espèce. Résumé des activités de recherche et d’evaluation Un projet de recherche et de surveillance a été lancé en 2005 pour la cimicaire élevée. Un des objectifs consiste à déterminer quels sont les stades biologiques pendant lesquels cette plante qui vit longtemps est le plus vulnérable et qui devraient faire l’objet des activités de conservation. Les chercheurs visent aussi à découvrir quelle espèce d’abeille pollinise la cimicaire élevée et à déterminer si la planification du rétablissement doit se préoccuper des exigences en matière d’habitat des pollinisateurs. Enfin, une évaluation de la structure génétique des populations de cimicaires élevées du Canada permettra de déterminer la relation entre les plantes appartenant aux différentes populations canadiennes et avec la cimicaire élevée des États Unis. Cette information sera utilisée si on augmente la population, parce qu’il faut augmenter une population à partir de graines d’une population étroitement apparentée. Résumé des activités de rétablissement L’équipe de rétablissement vise à faire désigner zones d’habitat faunique les six populations connues. Les zones d’habitat faunique protégeront le terrain dans les 50 mètres de la population (la zone principale) et il y aura une récolte limitée dans une zone tampon de 200 mètres. La superficie totale de ces six zones d’habitat faunique sera de 200 hectares.

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

4 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la cimicaire élevée (Cimicifuga elata) au Canada - Mise à jour (2001)

    La cimicaire élevée est une vivace de sous bois, atteignant entre 1 et 2 m de hauteur. Ses tiges sont ramifiées dans leur partie supérieure. Les feuilles sont grandes, biternées et comportent de 9 à 17 folioles cordées à ovées, souvent palmées, normalement trilobées. La partie souterraine de la plante est constituée d'un rhizome horizontal tubéreux et foncé. L'inflorescence est une grappe simple ou composée, dense, réunissant de 50 à 900 petites fleurs blanches. Les fleurs présentent une symétrie radiale et sont apétales. Les sépales sont blancs ou rosâtres et caducs, tombant tous en même temps. Le fruit est un follicule subsessile, long de 9 à 12 mm, renfermant une dizaine de graines rouges à brun-violet. Les fleurs du sommet de la grappe produisent chacune un seul follicule, tandis que celles de la base en produisent deux, ou rarement trois.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de la cimicaire élevée (Actaea elata) au Canada (2017)

    La ministre de l’Environnement et du Changement climatique est le ministre compétent en vertu de la LEP à l’égard de la cimicaire élevée et a élaboré la composante fédérale (partie 1) du présent programme de rétablissement, conformément à l’article 37 de la LEP. Dans la mesure du possible, le programme de rétablissement a été préparé en collaboration avec la Province de la Colombie-Britannique, en vertu du paragraphe 39(1) de la LEP. L’article 44 de la LEP autorise le ministre à adopter en tout ou en partie un plan existant pour l’espèce si ce plan respecte les exigences de contenu imposées par la LEP au paragraphe 41(1) ou 41(2). La Province de la Colombie-Britannique a remis le plan de rétablissement de la cimicaire élevée ci-joint (partie 2), à titre d’avis scientifique, aux autorités responsables de la gestion de l’espèce en Colombie-Britannique. Ce plan a été préparé en collaboration avec Environnement et Changement climatique Canada.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017