Profil d'espèce

Doré bleu

Nom scientifique : Sander vitreus glaucus
Autres noms/noms précédents : Sander vitreum glaucus ,Stizostedion vitreum glaucum
Taxonomie : Poissons
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2000
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue
Statut de la LEP : Aucune annexe, Aucun statut


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition | Documents

Image de Doré bleu

Doré bleu Photo 1

Haut de la page

Description

Le Doré bleu était une sous-espèce du Doré; le dos du Doré bleu était d'un bleu ardoise à un bleu acier, alors que ses côtés étaient couleur bleu glace ou argenté, et que les parties inférieures étaient argentées ou blanches. Le Doré bleu mesurait entre 23.0 et 40.6 cm et pesait de 0.1 à 0.7 kg.

Haut de la page

Répartition et population

Le Doré bleu habitait les lacs Ontario et Érié et la rivière Niagara. La pêche commerciale au Doré bleu fut intensive des 1850 aux 1950. Les populations de Dorés bleus commencèrent à fluctuer vers 1915, mais les pêches commerciales ont tout de même continué jusqu'à leur effondrement en 1956 pour le lac Ontario et en 1959 pour le lac Érié. Les données sur les prises indiquent que le Doré bleu était autrefois très abondant dans le lac Érié et abondant dans le lac Ontario. Le dernier Doré bleu fut pris en 1965.

Haut de la page

Habitat

Le Doré bleu préférait les eaux profondes, froides et légèrement turbides avec un fond dur. En automne et en hiver, les Dorés bleus habitaient des eaux moins profondes. L'habitat utilisé pendant la saison du frai n'est pas connu, mais il est probable que les Dorés bleus recherchaient alors des régions de roches et de gravier.

Haut de la page

Biologie

Il existe peu d'information traitant de la biologie générale des Dorés bleus. Le frai se produisait en mai. Les mâles atteignaient l'âge de reproduction à 2 ou 3 ans, alors que les femelles atteignaient l'âge de reproduction à 3 ou 4 ans.

Haut de la page

Raison de la disparition

L'épuisement des stocks dû à la pêche excessive est la raison principale de la disparition de cette espèce. De plus, l'introduction de l'Éperlan arc-en-ciel dans le lac Érié aurait peut-être augmenté les pressions de compétition et de prédation subies par les jeunes dorés bleus.

Haut de la page

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

0 enregistrement(s) trouvé(s).