Profil d'espèce

Ptychomitre à feuilles incurvées

Nom scientifique : Ptychomitrium incurvum
Taxonomie : Mousses
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2012
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue du pays
Statut de la LEP : Annexe 1, Disparue du pays


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition du pays | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Ptychomitre à feuilles incurvées

Taxinomie

La position taxinomique du ptychomitre à feuilles incurvées ne semble soulever aucune controverse à l’heure actuelle. Cette mousse de la famille des Ptychomitriacées a été connue sous divers noms scientifiques, dont Weissia incurva, Brachysteleum hampeanum, B. incurvum, Glyphomitrium incurvum, Grimmia muehlenbergii, G. parvula et G. hookeri

Haut de la page

Description

Le ptychomitre à feuilles incurvées est une petite mousse formant des coussins. Il pousse en touffes de 2 à 6 mm de haut sur les surfaces rocheuses. La couleur de la plante varie du brun jaunâtre au vert noirâtre. À l’état sec, les feuilles sont crispées; à l’état humide, elles sont dressées, étalées et légèrement incurvées.

Haut de la page

Répartition et population

Le ptychomitre à feuilles incurvées se rencontre dans les zones tempérées de la planète. Certaines populations se trouvent dans des régions montagneuses d’Europe (Pyrénées, Alpes et Caucase), mais la plupart se trouvent dans l’Est et le Sud Est des États Unis. Le ptychomitre à feuilles incurvées a été observé une seule fois au Canada, en 1928. Il a été récolté « près des chutes Niagara dans le Haut Canada » (c. à d. en Ontario avant que cette région ne devienne une province).

Haut de la page

Habitat

Le ptychomitre à feuilles incurvées pousse dans la forêt de feuillus de l’Est de l’Amérique du Nord, sur des roches calcaires (renfermant du carbonate de calcium) ou non calcaires. On le rencontre souvent à la surface de rochers et dans de petites fissures de blocs rocheux, dans les forêts claires de feuillus. Il est observé de temps à autre à la base des arbres ou sur des troncs couchés. Le ptychomitre à feuilles incurvées s’établit aussi souvent sur des substrats artificiels, comme les murs de pierre et les pierres tombales.

Haut de la page

Biologie

Comme le ptychomitre à feuilles incurvées ne montre pas de préférence pour les roches ayant une composition chimique particulière (calcaires ou non calcaires), il semble peu probable que des facteurs nutritifs limitent sa répartition. Le ptychomitre à feuilles incurvées est monoïque; chaque individu produit donc à la fois des gamètes mâles et des gamètes femelles. L’autofécondation est par conséquent possible, si bien qu’il n’est pas nécessaire que des plantes mâle et femelle se trouvent à proximité l’une de l’autre pour que des spores soient produites et que de nouveaux individus voient le jour. La multiplication végétative (asexuée) semble rare chez cette mousse, ce qui est normal étant donné sa préférence pour des milieux isolés les uns des autres, comme les rochers et les fissures, au sein d’un milieu par ailleurs défavorable. La mousse produit des gamètes femelles qui ne peuvent pas se déplacer par eux-mêmes, et il faut de l’eau pour que les gamètes mâles puissent les atteindre. Après la fécondation, l’oeuf se transforme en une structure produisant des spores,qui sont dispersées par le vent. Lorsqu’une spore germe et que la plante commence à croître, celle-ci risque de se dessécher et a besoin de beaucoup d’humidité. La plante feuillue produite à l’étape suivante du cycle biologique est plus robuste et davantage capable de supporter l’absence de protection contre les éléments ainsi que les variations d’humidité caractéristiques des milieux rocheux.

Haut de la page

Raison de la disparition du pays

La raison pour laquelle le ptychomitre à feuilles incurvées est disparu du Canada est inconnue. La seule mention historique révèle qu’il se trouvait à l’extrême limite nord de son aire de répartition; or, les populations se trouvant ainsi à la limite de leur répartition sont plus vulnérables que les autres aux événements aléatoires. Les activités humaines, causes de pollution et de destruction de l’habitat, ont peut être aussi joué un rôle dans la disparition de cette espèce du Sud de l’Ontario.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Ptychomitre à feuilles incurvées est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du ptychomitre à feuilles incurvées (Ptychomitrium incurvum) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés à ce jour Le rétablissement du psychomitre à feuilles incurvées au Canada n’est pas réalisable sur les plans technique et biologique en ce moment parce que les raisons de sa disparition sont inconnues et que les menaces qui pèsent sur cette espèce incomprises. La faisabilité de son rétablissement sera réévaluée au moins tous les cinq ans. Résumé des activités de recherche et de suivi Une étude de reconnaissance, menée en 2001 par le Musée canadien de la nature, n’a pu permettre de redécouvrir cette espèce. Malgré de nombreuses années de collecte d’informations dans la région où on l’a découvert en 1828, on n’a trouvé aucune preuve de sa présence au Canada. Résumé des activités de rétablissement On considère le rétablissement de cette espèce « irréalisable »; il ne sera pas recherché avant que l’espèce ne soit redécouverte au Canada. Lien Biodiversité de l’Ontario : Espèces en péril (en anglais)http://www.rom.on.ca/ontario/risk.php?doc_type=fact&lang=&id=293

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

12 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la ptychomitre à feuilles incurvées (Ptychomitrium incurvum) au Canada (2002)

    Le Ptychomitrium incurvum (Schwägr.) Spruce est une petite mousse (de 2 à 6 mm de hauteur) qui pousse en touffes brun jaune à vert noirâtre, sur des substrats rocheux. L'espèce a été décrite pour la première fois par C.F. Schwägrichen, en 1823, sous le nom de Weissia incurva. Elle appartient à l'embranchement des Bryophytes, au sous embranchement des Mousses, à la classe des Bryopsides, à l'ordre des Grimmiales et à la famille des Ptychomitriacées. Il ne semble exister aucune controverse récente quant au statut taxinomique de l'espèce. Cependant, le seul spécimen canadien connu est en fait un isotype du Grimmia hookeri Drumm., aujourd'hui considéré comme synonyme du P. incurvum.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Ptychomitre à feuilles incurvées (2013)

    Cette petite mousse est largement répartie dans les forêts décidues de l’est de l’Amérique du Nord, sa fréquence d’occurrence diminuant vers la partie nord de son aire de répartition. Au Canada, le seul enregistrement connu de l’espèce provient de la zone carolinienne du sud de l’Ontario (chutes Niagara), en 1825. Malgré de considérables efforts de recherche effectués dans la région, l’espèce n’a jamais été redécouverte.
  • Énoncés de réaction - Ptychomitre à feuilles incurvées (2004)

    Un énoncé de réaction est un document de communication qui identifie la façon dont le Ministre de l'environnement a l'intention de répondre à l'évaluation d'une espèce par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce document est un point de départ au processus de listage et de rétablissement pour les espèces identifiées comme étant en péril, il fournit aussi des échéanciers dans la mesure du possible.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du ptychomitre à feuilles incurvées (Ptychomitrium incurvum) au Canada (2007)

    La gestion du ptychomitre à feuilles incurvées relève de la compétence du gouvernement provincial de l’Ontario. Conformément à la Loi sur les espèces en péril (La LEP, article 37), le ministre compétent doit préparer des programmes de rétablissement pour les espèces inscrites comme étant disparues du pays, en voie de disparition ou menacées. Le ptychomitre à feuilles incurvées a été inscrit en tant qu’espèce disparue du pays en vertu de la LEP en juin 2003. Le Service canadien de la faune, Région de l’Ontario, Environnement Canada, a élaboré le présent programme de rétablissement. La province de l’Ontario a examiné le programme et en a accusé réception. Le programme proposé satisfait aux exigences de la LEP quant au contenu et au processus (articles 39 à 41).

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluation faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (2004)

    Par le décret, la gouverneure en conseil accuse réception des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (2005)

    L'annexe 1, la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP), est modifiée par décret du gouverneur en conseil, à la suite de la recommandation du ministre de l'Environnement, par l'ajout de 73 espèces. Ce décret est fondé sur des évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et suit les consultations avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, les peuples autochtones, les intervenants et le public, ainsi que l'analyse des coûts et des avantages pour les Canadiennes et les Canadiens.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2003 (2003)

    Rapport annuel de mai 2003 au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada
  • Rapport annuel du COSEPAC - 2011-2012 (2012)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (1er septembre 2011 au 30 septembre 2012), le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 21 au 25 novembre 2011, et la deuxième, du 29 avril au 4 mai 2012. Le 3 février 2012, un sous-comité des évaluations d’urgence du COSEPAC a également évalué la situation de la pipistrelle de l’Est (Perimyotis subflavus), de la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus) et de la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis). Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 67 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2011-2012 sont les suivants : Disparues : 1 Disparues du pays : 4 En voie de disparition : 29 Menacées : 10 Préoccupantes : 15 Données insuffisantes : 2 Non en péril : 6 Total : 67 Sur les 67 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 49 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente (voir le tableau 1a).

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : mars 2004 (2004)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.
  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2012 (2013)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 mars 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations régulières; et le 4 octobre 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations prolongées. Processus de consultation.