Profil d'espèce

Bryum de Porsild

Nom scientifique : Haplodontium macrocarpum
Autres noms/noms précédents : Mielichhoferia macrocarpa
Taxonomie : Mousses
Distribution : Nunavut, Colombie-Britannique, Alberta, Terre-Neuve-et-Labrador
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2003
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Bryum de Porsild

Taxinomie

Bien que cette espèce soit à l’heure actuelle placée dans le genre Mielichhoferia, des recherches récentes indiquent une relation plus étroite avec les membres du genre Bryum.

Haut de la page

Description

Le bryum de Porsild est une petite mousse qui forme des coussins bas et compacts de 0,3 à 1 cm de haut seulement. Ces coussins vert vif ont une texture spongieuse. Chaque tige de couleur brun rougeâtre a de multiples ramifications. Les feuilles, longues de 0,6 à 1,5 mm, sont luisantes, légèrement concaves et recourbées. Le bryum de Porsild est dioïque, ce qui signifie qu’il existe des individus mâles ainsi que des individus femelles. Les plantes femelles sont plus grosses que les mâles, et leurs feuilles sont moins concaves et plus régulièrement espacées le long de la tige. Les coussins des plantes femelles produisent souvent une abondance de sporophytes (partie du processus reproductif de la plante).

Haut de la page

Répartition et population

Le bryum de Porsild croît dans les latitudes septentrionales partout sur la planète : en Amérique du Nord, dans le sud de la Sibérie, dans le sud de l’Oural au Kazakhstan, et dans les monts Sayan dans le centre de l’Asie. La répartition de cette espèce est hautement fragmentée, la majorité des populations connues poussant au Canada et en Alaska. Il existe 27 emplacements connus du bryum de Porsild en Amérique du Nord, dont 10 se trouvent au Canada. Cette mousse pousse dans cinq grandes régions, dont la plupart sont associées aux chaînes de montagnes occidentales. En Colombie-Britannique, un site couvrant une superficie totale de moins d’un mètre carré a été découvert sur le versant nord du mont Socrates. En Alberta, cette mousse se trouve dans trois sites ayant une superficie totale de moins de 40 m2 (le Whitehorse Creek Wildland Park et le parc Kananaskis Country). Six emplacements ont été découverts à Terre Neuve, dans la péninsule Great Northern (superficie totale de 18 m2), et un autre, dont la superficie totale n’est pas connue, l’a été sur l’île d’Ellesmere, au Nunavut. Bien que chacune des colonies disparaisse à un rythme différent, le nombre de colonies canadiennes de bryum de Porsild diminue dans l’ensemble.

Haut de la page

Habitat

Le bryum de Porsild est associé aux chaînes de montagnes occidentales et préfère, pendant la saison de végétation, des emplacements constamment humides par suite de suintements ou parce qu’ils sont aspergés d’eau ainsi qu’une dessiccation complète (assèchement provoqué par le gel de l’eau) pendant l’hiver. Cette mousse croît dans des fissures et sur des falaises de conglomérat calcaire, de calcaire, de basalte, de grès et de shale.

Haut de la page

Biologie

Le bryum de Porsild peut se reproduire par voies sexuée et asexuée; la production de spores est fréquente lorsque des plantes des deux sexes sont présentes au même endroit. Cette espèce est particulièrement bien adaptée à de longues périodes de croissance et d’inactivité à l’état sec, mais elle est vulnérable aux perturbations provoquées par la sécheresse et l’abrasion glacielle; les éboulis peuvent par ailleurs réduire considérablement les colonies. Une population du Groenland présente sans interruption au même endroit pendant 75 ans détient le record à ce chapitre.

Haut de la page

Menaces

Le bryum de Porsild est menacé par les activités de l’être humain qui déstabilisent les falaises rocheuses, qu’il s’agisse d’utilisation de véhicules tout terrain, d’exploration charbonnière, de construction routière ou de dynamitage. L’aménagement et les activités récréatives sont particulièrement préoccupants pour les populations de bryums de Porsild de l’Alberta et de la Colombie-Britannique.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Bryum de Porsild est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du bryum de Porsild (Haplodontium macrocarpum) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablisssement de la Bryophyte de la C.-B.

  • Brenda Costanzo - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 250-387-9611  Téléc. : 250-356-9145  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

12 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le bryum de Porsild (Mielichhoferia macrocarpa) au Canada (2003)

    Bien que le bryum de Porsild soit actuellement placé dans le genre Mielichhoferia, l'interprétation de données moléculaires récentes semble indiquer qu'il est plus étroitement apparenté à certaines espèces du genre Bryum. Une fois publié, le nom correct du Mielichhoferia macrocarpa sera Bryum porsildii. Les caractères macroscopiques qui permettent le plus facilement de reconnaître l'espèce sont sa petite taille, ses feuilles luisantes et lâches, sa croissance en coussins denses et la production souvent abondante de sporophytes.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Bryum de Porsild (2004)

    Une mousse rare dont la répartition est sérieusement fragmentée, avec dix emplacements confirmés au Canada se limitant à cinq sites généraux. L'espèce croît dans des aires principalement montagneuses sur des falaises humides caractérisées par des substrats calcareux, la présence d'un suintement constant et la dessiccation hivernale. Des menaces directes aux populations comprennent des événements naturels et causés par l'être humain, qui déstabilisent l'habitat des falaises rocheuses. Il y a eu une diminution récente de la qualité de l'habitat aux deux emplacements où l'abondance de la mousse est la plus élevée, et une perte substantielle d'individus matures a eu lieu à un de ces emplacements. Un seul emplacement est protégé. Il existe une incertitude quant à la situation des populations du Nord du Canada.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du bryum de Porsild (Haplodontium macrocarpum) au Canada (2016)

    Le ministre de l’Environnement et le ministre responsable de l’Agence Parcs Canada sont les ministres compétents pour le rétablissement du bryum de Porsild et ont élaboré ce programme, conformément à l’article 37 de la LEP. Ce programme a été préparé en collaboration avec les provinces de la Colombie-Britannique, de l’Alberta et de Terre-Neuve–et–Labrador ainsi qu’avec le territoire du Nunavut et le Conseil de gestion des ressources fauniques du Nunavut.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2004)

    Le décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2010)

    Sur recommandation du ministre de l’Environnement, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2011)

    Sur recommandation de la ministre de l'Environnement et en vertu de l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (2005)

    Conformément à l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril (LEP), le ministre de l'Environnement recommande que 43 espèces soient ajoutées à l'annexe 1, soit la Liste des espèces en péril. Cette recommandation est fondée sur les évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et sur les consultations avec des gouvernements, des peuples autochtones, des conseils de gestion des ressources fauniques, des intervenants et le public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2004 (2004)

    Le rapport annuel de 2004 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : novembre 2004 (2004)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017