Profil d'espèce

Ptérygoneure de Koslov

Nom scientifique : Pterygoneurum kozlovii
Taxonomie : Mousses
Distribution : Colombie-Britannique, Saskatchewan
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2004
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Ptérygoneure de Koslov

Taxinomie

Il existe quatre espèces de Pterygoneurum au Canada : le P. kozlovii, P. lamellatum, le P. ovatum et le P. subsessile. Les principaux caractères qui distinguent le ptérygoneure de Kozlov des trois autres espèces est le fait que ses capsules mûres sont à la fois immergées et dépourvues de couvercle permettant la libération des spores.

Haut de la page

Description

Le ptérygoneure de Kozlov est une mousse plutôt discrète qui pousse en petites ou moyennes touffes, ou en formant des tapis assez étendus, mais discontinus. Ses feuilles sont vert pâle ou vert jaunâtre, et mesurent environ 1 mm de longueur. Leurs bords peuvent être un peu recourbés et leur sommet, légèrement denté, se rétrécit assez abruptement. La nervure de la feuille est brun pâle, et recouverte de deux ou trois petites lamelles qui caractérisent l’espèce. Le ptérygoneure de Kozlov porte ses organes femelles au bout des tiges principales mesurant de 2 à 3 mm de hauteur. Les spores sont contenues dans des capsules en forme de capuchon fendu sur un côté, mesurant de 0,8 à 1 mm de longueur. Les capsules mûrissent depuis la fin de l'automne jusqu'au printemps et donnent alors souvent aux plantes fertiles une couleur brun doré.

Haut de la page

Répartition et population

À l'échelle mondiale, le ptérygoneure de Kozlov se rencontre de façon éparpillée dans l'ouest de l'Amérique du Nord, en Europe centrale et dans l'ouest de l'Asie. En Amérique du Nord, on le trouve uniquement dans l’ouest du Canada, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. En 2002, sa présence n'a été confirmée que dans 13 des 24 sites répertoriés dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, et on ne compte qu'un seul site non confirmé en Saskatchewan. Parmi les sites de la Colombie-Britannique, six sont peut-être disparus à cause de l'urbanisation, du prolongement d'une autoroute ou du piétinement par le bétail. Environ la moitié des sites connus sont menacés par le broutage et les activités humaines. Le ptérygoneure de Kozlov est une espèce rare à peu commune dans la plupart de ses sites et commune dans seulement trois d'entre eux. La taille des populations est inconnue et leurs tendances sont incertaines, mais quatre sont peut-être en déclin.

Haut de la page

Habitat

Le ptérygoneure de Kozlov est présent uniquement dans des terrains alcalins qui sont humides une partie de l'année. L’espèce se rencontre le plus souvent dans une étroite bande entourant les milieux humides, en terrain plat ou très peu incliné. Elle pousse uniquement sur les bords d'étangs, de lacs, de vasières et de pentes suintantes qui sont dégagés, là où la végétation reste basse et parsemée d’espaces dénudés. On la retrouve généralement parmi les graminées et les carex. Bien que les milieux humides alcalins puissent se compter par centaines en Colombie-Britannique, il semble que peu d'entre eux conviennent au ptérygoneure de Kozlov.

Haut de la page

Biologie

Les sporophytes sont communs dans les populations canadiennes du ptérygoneure de Kozlov et les spores qu’ils produisent jouent probablement un rôle important dans le maintien des populations locales et la dispersion de l'espèce, particulièrement vers les terrains dénudés situés à proximité. Étant donné leur grosseur, les spores ne sont sans doute pas transportées sur de longues distances par le vent, mais elles le sont sans doute par l'eau de ruissellement, les insectes ou les oiseaux. Aussi, le caractère immergé des capsules limite peut-être jusqu'à un certain point la dispersion de leurs spores. Toutefois, les spores de cette mousse sont ainsi protégées durant la période sèche de l'été. Le ptérygoneure de Kozlov devrait sans doute être considéré comme une espèce vivace, en raison de la présence de petits bourgeons sur ses tiges souterraines et parce que, dans certains de ses sites, il a déjà été trouvé au même endroit que les années précédentes. La multiplication végétative est sans doute un facteur important pour le maintien de la population ou son expansion à faible distance.

Haut de la page

Menaces

Le principal facteur qui limite et qui menace le ptérygoneure de Kozlov semble être le piétinement de l'habitat par les animaux. Il s'agit habituellement de bovins, mais parfois de chevaux et d’animaux domestiques. Les effets du broutage, de l'urbanisation, de la construction de routes et de l'utilisation de l'habitat à des fins récréatives, surtout par des véhicules tout terrain, ont tous contribué à la disparition de plusieurs populations. Les longues périodes de sécheresse pourraient constituer une autre menace. Au cours des dernières années, l'intérieur de la Colombie-Britannique a connu un temps particulièrement sec qui a pu provoquer un déclin des populations.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Ptérygoneure de Koslov est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

En Colombie-Britannique et en Saskatchewan, le ptérygoneure de Kozlov n’est protégé par aucune loi provinciale.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme national de rétablissement du Ptérygoneure de Koslov (Pterygoneurum Kozlovii laz.)
État d'avancement : Mise sur pied des planificateurs de rétablissement

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablisssement de la Bryophyte de la C.-B.

  • Brenda Costanzo - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 250-387-9611  Téléc. : 250-356-9145  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

8 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncés de réaction - Ptérygoneure de Koslov (2005)

    En Amérique du Nord, cette espèce n'est présente que dans l'ouest du Canada. L'espèce est considérée comme en péril ou rare à l'échelle mondiale, et la grande majorité des sites documentés se trouvent au Canada. L'espèce pousse généralement sur le sol parmi les graminées et les carex sur les bords d'étangs alcalins et de marécages dans les régions semi-arides du Canada. Sa présence n'a été récemment confirmée que dans 13 des 24 sites signalés dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, et on ne compte qu'un seul site non confirmé en Saskatchewan. Environ la moitié des sites connus subissent les impacts causés par les humains et les animaux domestiques. Parmi les sites de la Colombie-Britannique, 6 semblent avoir été détruits en raison du développement urbain, de l'amélioration des autoroutes et du piétinement par le bétail, ce qui signifie que le déclin de la qualité et de l'étendue de l'habitat se répercute actuellement sur la situation de l'espèce.

Décrets

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2005 (2005)

    Le rapport annuel de 2005 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : Novembre 2005 (2005)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017