Profil d'espèce

Hespérie du Sonora

Nom scientifique : Polites sonora
Taxonomie : Arthropodes
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2016
Dernière désignation du COSEPAC : Non en péril
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Description | Habitat | Biologie | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Hespérie du Sonora

Taxinomie

En s’appuyant sur les documents existants, il est impossible de conclure si les populations canadiennes appartiennent à l’une des trois sous-espèces connues de l’hespérie du Sonora, les spécimens canadiens ne correspondant à la description d’aucune d’entre elles. Ces populations pourraient faire partie d’une sous-espèce qui n’est pas encore décrite.

Haut de la page

Description

L’hespérie du Sonora retrouvée au Canada est un petit papillon d’une envergure de 25 à 30 mm. Le dessus des ailes est une combinaison d’orange rouille et de brun avec des bordures noirâtres. La surface ventrale des ailes avant porte une tache noire à la base, des zones fauves et pâles au milieu et une bordure vert olive foncé. La surface ventrale des ailes arrière est vert olive avec une bande semi-circulaire distincte composée de points pâles. Les mâles ont sur les ailes avant une tache allongée de couleur noire distinctive, appelée « ptérostigma ». Les femelles sont semblables aux mâles, mais elles n’ont pas de ptérostigma et sont habituellement plus grosses. Les œufs, d’un vert très pâle, sont de forme sphérique avec une base légèrement aplatie et mesurent environ 1,0 mm de diamètre. Les chenilles matures ont une tête noire et un corps vert grisâtre portant un grand nombre de poils fins noirs appelés « soies ». À maturité, elles atteignent une longueur de 6 mm.

Haut de la page

Répartition et population

L’espèce est largement répartie dans l’ouest de l’Amérique du Nord, depuis l’extrême sud-ouest de la Colombie-Britannique jusqu’en Basse-Californie vers le sud, et jusqu’aux États américains du Wyoming et du Colorado vers l’est. Au Canada, les populations de l’hespérie du Sonora sont confinées à la région de la chaîne des Cascades, du parc Manning à l’est jusqu’au mont Crater et au plateau Thompson immédiatement au sud de Princeton. Il existe probablement, dans cette partie du sud de la Colombie-Britannique, d’autres habitats propices n’ayant pas été échantillonnés en raison de l’absence de réseaux routiers. En Colombie-Britannique, l’hespérie du Sonora est actuellement répertorié dans six emplacements confirmés. Dans le passé, l’espèce a été signalée dans trois emplacements bien définis, deux sur le mont Crater et une au lac Twenty Minute dans le parc provincial Manning. Un relevé de 1989 provenant d’un emplacement non défini dans « Manning Park » pourrait être ou non le lac Twenty Minute. L’espèce a aussi été repérée dans un ou deux emplacements définis de façon imprécise dans les « Hope Mountains », terme historique faisant référence à une région de la chaîne des Cascades située entre Hope et Princeton. Des recherches effectuées en 2003 ont mené à la découverte de deux nouveaux emplacements : un dans la vallée du ruisseau Wolfe, située au sud de Princeton, ainsi qu’un autre dans la vallée du ruisseau Placer, située à l’est du parc Manning. Il n’existe au Canada aucune grande population d’hespérie du Sonora; une trentaine d’adultes ont été observées en 2003 et toutes les collections antérieures sont composées de un ou de quelques individus seulement. La taille et les tendances des populations canadiennes de ce papillon sont inconnues.

Haut de la page

Habitat

Les habitats connus de l’hespérie du Sonora sont des clairières herbeuses humides dans des forêts en flanc de montagne et des terrains humides déboisés, notamment un bord de rivière. En Colombie-Britannique, l’espèce présente une certaine capacité à utiliser des habitats aménagés par l’homme, tels que des zones herbeuses en bord de route, des prés agricoles et des petites zones de coupe à blanc, à la condition que ces habitats soient humides. Les besoins spécifiques de l’hespérie du Sonora en matière d’habitat sont inconnus, mais il est important de noter que cette espèce ne semble pas présente dans tous les habitats apparemment convenables qui existent.

Haut de la page

Biologie

La biologie de cette espèce est très peu connue. On sait toutefois que, comme tous les papillons, l'hespérie du Sonora a un cycle de vie caractérisé par une métamorphose complète, où se succèdent l'œuf, la chenille, la chrysalide et l'adulte. Ce cycle est accompli en un an et chacune de ces étapes se caractérise par des exigences précises en matière de ressources. On ignore quelles sont les plantes hôtes utilisées comme sources alimentaires par les chenilles, mais on estime qu’une ou plusieurs espèces de plantes herbacées sont susceptibles de jouer ce rôle au Canada. On ignore également quelles sont les plantes qui fournissent du nectar aux adultes. Des papillons ont été observés entre le 21 juin et le 13 août, période qui coïncide en partie avec la reproduction de l’espèce qui a normalement lieu durant la courte période de vol des adultes.

Haut de la page

Le facteur le plus limitant pour les populations de l’hespérie du Sonora est probablement la disponibilité des habitats herbeux humides dépourvus de couvert forestier dans une région où les forêts de conifères prédominent. Les quelques terres herbeuses existantes sont la plupart du temps trop sèches pour ce papillon. Le pâturage intensif, l’avancée forestière dans les prés et la construction de routes constituent d’autres menaces possibles auxquelles fait face l’habitat de l’hespérie du Sonora. Le déboisement a augmenté la quantité d’habitat disponible dans un des emplacements connus, mais la croissance future des plantations rendra ces habitats inutilisables si des parcelles recouvertes d’herbes ne sont pas entretenues. Enfin, les feux de friches ou les brûlages dirigés, même s’ils sont susceptibles d’augmenter les habitats disponibles, pourraient aussi constituer une menace pour les populations existantes.

Haut de la page

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Groupe d'action de rétablissement des invertébrés en péril du sud de l'Okanagan

  • Orville Dyer - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 250-490-8244  Envoyer un courriel
  • Jennifer Heron - Président/Contact - Gouv. de la Colombie Britannique
    Tél. : 604-222-6759  Téléc. : 604-660-1849  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hespérie du Sonora (Polites sonora) au Canada (2006)

    L’hespérie du Sonora (Polites sonora) est un papillon appartenant à la famille des hespéries (Hesperiidés). Les adultes ont une envergure de 25 à 30 mm. La surface dorsale des ailes est une combinaison d’orange rouille et de brun avec des bordures noirâtres. La surface ventrale des ailes antérieures porte une tache basale noire, des zones fauves et pâles sur la partie médiane et une bordure brun foncé. La surface ventrale des ailes postérieures est brun ocre avec une bande semi-circulaire distincte composée de points pâles. Les spécimens canadiens ne correspondent à la description d’aucune des sous-espèces nommées. Au Canada, ces spécimens forment une seule entité, et l’entité entière est le sujet du présent rapport de situation.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncés de réaction - Hespérie du Sonora (2006)

    Cette hespérie est présente dans certaines clairières herbeuses humides dans un paysage boisé. Elle n’a été observée qu’à six emplacements dans une petite aire restreinte du Canada, où sa répartition est très inégale, et il semble que l’espèce n’occupe pas tous les habitats apparemment convenables qui existent. La capacité des populations canadiennes de bénéficier de l’immigration d’autres populations du pays ou de l’État de Washington adjacent est, au mieux, limitée. L’hespérie est menacée par le pâturage intensif et la perte d’habitat découlant du changement naturel de l’habitat et de la construction de routes. Cependant, l’espèce présente une certaine capacité à utiliser des habitats aménagés par l’homme, tels que des zones herbeuses en bord de route, des prés agricoles et des petites zones de coupe à blanc, à la condition que ces habitats soient humides ou mésoiques.

Plans de gestion

  • Plan de gestion de l’hespérie du Sonora (Polites sonora) au Canada (2015)

    En vertu de l’article 65 de la LEP, le ministre compétent, en l’occurrence le ministre fédéral de l’Environnement, doit élaborer un plan de gestion pour toutes les espèces inscrites comme espèces préoccupantes. L’article 69 de la LEP autorise le ministre à adopter un plan existant pour une espèce, en partie ou en totalité, s’il estime que ce plan comporte les mesures voulues pour la conservation de l’espèce. Le plan de gestion provincial ci-joint (partie 2 du présent document) a été remis, à titre d’avis scientifique, aux compétences responsables de la gestion de l’espèce en Colombie Britannique. Environnement Canada a préparé la présente addition du gouvernement fédéral afin de respecter les exigences de la LEP.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2007) (2007)

    Le Décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation de 40 espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en vertu de l'alinéa 15(1)a) et conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition — de la planète ou du Canada seulement — des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, ont disparu du pays, sont en voie de disparition ou menacées, et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2007)

    Sur recommandation de la ministre de l'Environnement et en vertu de l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2006 (2006)

    Le rapport annuel de 2006 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres: Décembre 2006 (2006)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles. Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 16 mars 2007 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 14 mars 2008 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017